11 févr. 2017

Ma saison 2017, un challenge en 3 courses

Une fois n'est pas coutume, je vais vous exposer les grandes lignes de ma saison 2017: projets, envies et organisation.

Après des balbutiements en fin d'année 2016, la FFM nous a fait saliver de longs mois avant de sortir le calendrier officiel de la Women's Cup 2017. Qu'à cela ne tienne, j'étais dans les starting blocks pour me jeter sur les inscriptions. Ce temps passé dans l'ombre à ne pas avoir de dates, de circuits, a soulevé de nombreuses incertitudes, tant au niveau du budget que de l'organisation. Je reste avant tout une pilote amateur, qui a un travail à plein temps avec ses impératifs et un patron à qui je dois rendre des comptes. C'est mon métier qui finance ma passion, et non l'inverse, comme la grande majorité du paddock!



"L'hésitation n'est pas une option"




Cet aparté terminé, il se trouve que le calendrier me convient plutôt bien, avec des - beaux - circuits situés à des temps de déplacements plus que corrects. L'aventure est donc enclenchée, je suis officiellement engagée pour les 3 manches de la Women's Cup qui se dérouleront respectivement:


  •  au Mans les 14/15 avril
  • à Ledenon les 13/14 mai,
  •  à Magny Cours les 2/3/4 juin

Je conserve mon numéro, devenu fétiche, le
49 qui me tient à cœur; et ma fidèle monture Baby 6, une Yamaha R6 de 2011, quasi-stock en conformité avec le règlement, qui me classera dans la catégorie des 600cc.









Une cagnotte solidaire

Pour boucler le budget de la saison, qui se déroulera donc sur 6 mois grosso modo, j'ai ouvert une cagnotte LeetchiLes frais engagés pour ce championnat sont multiples: la licence compétition (260 euros), les engagements aux courses (180 euros / course), le fourgon/gasoil/péage pour les déplacements (environ 350 euros par week-end), les pneus (300 euros le train avant/arrière), les pièces de rechange, etc.



Si le cœur vous en dit, vous pouvez participer à cette saison à mes côtés, les contre-parties sont nombreuses (Pass à gagner, Calendrier, Exposition de la moto, banderole, etc). 


Je remercie une nouvelle fois les gens qui me soutiennent déjà, professionnels (Acti Courses, Mage Offset, Carrosserie Tournaire&Borel, Makadam Fitness, Alban Couderc Création, Motoblouz, H2S), les amis, la famille, et tous les anonymes; en espérant faire grossir ce groupe un peu plus chaque jour!











Et après ?




Ayant mis de côté ma pratique routière de la moto pour me consacrer à la piste exclusivement, une fin des compétitions en juin va me permettre d'envisager mon retour sur nos belles routes de France! La prochaine monture reste à ce jour indéfinie, mais il est certain que le plaisir sera le maître mot de mon futur choix, réservant la performance au sport et à la piste.

Au plaisir de vous croiser dans le paddock sur les courses, ou autour d'une pause café après avoir partager des beaux virolos quand l'occasion se présentera! 

V

***

21 déc. 2016

Motor Speed Café, un lieu à fréquenter !



Notre fin limier Lu de lequipement.fr nous avait parlé de l'ouverture du "Motor Speed Café" le mois dernier. Inauguré hier mardi 20 décembre, j'ai eu la chance de pouvoir découvrir les lieux dès le lendemain.












Basée 7 rue Frédéric Mistral à Saint-Victor dans l'Allier (03), accolé à la ville de Montluçon, cette adresse pourrait bien devenir votre point de ralliement. A à peine plus d' 1h de Clermont-Ferrand, et autant du circuit de Nevers Magny-Cours, son emplacement central en fait un point de rendez-vous idéal.







Conditionnée par un décor néo-rétro aux allures d'un garage où l'on a juste envie de traîner, cette atmosphère ne peut que plaire aux passionnés de mécaniques.



Grand écran dans les starting blocks pour les saisons de courses, et estrade prête à accueillir des artistes de tout horizons pour réchauffer l'ambiance, on ne peut que s'y sentir bien. 

Sans être exclusivement dédiées aux sports mécaniques, toutes les générations pourront se côtoyer et échanger un moment convivial.


Derrière le comptoir du bar, Fabien sera aux commandes pour vous garantir un service optimal, toujours dans la bonne humeur et plein d'énergie! 
Même si Saint-Victor n'est pas sur votre road book, l'adresse mérite que vous fassiez un crochet.


Pour suivre de plus près les actus du "Motor Speed Café", vous pouvez le retrouver sur les différents réseaux sociaux: Facebook, Twitter, Instagram.


***

24 nov. 2016

Apprendre la glisse: l'école du dirt track!


Bientôt l’hiver


Novembre touche à sa fin, et la saison de piste est déjà derrière. A moins de partir dans l’autre hémisphère ou tenter l’aventure au sud de l’Espagne, il faudra patienter de longs mois avant d’aller retourner faire des ronds pour user les sliders, entre autre.

Trêve de pleurnicheries, c’est l’opportunité rêvée de tenter une nouvelle expérience : la terre ! Une moto, ça reste un 2 roues motorisé, que ce soit en ville, sur piste, en chemins ou dans la boue… enfin presque. Les nuances entre les différentes disciplines ne sont pas uniquement des tournures littéraires, et les particularités de pilotage et d’adaptation sont impératives. 

C’est pourquoi, à la recherche de nouvelles sensations, j’ai trouvé le stage de dirt track de Géomoto.





Environnement


Après plusieurs semaines d’impatience, me voilà donc en Ardèche un samedi matin du mois de novembre, par des températures fraîches mais un ciel qui annonçait des conditions de roulages optimales. Tout est prévu : de la moto à l’équipement, en passant par le ravitaillement de midi. Amis pistards, vous n’aurez donc pas besoin d’investir dans un équipement tout-terrain juste pour une journée.

Le gîte de La Gorre, ce petit coin de paradis en Ardèche

Le cadre est idyllique, l’accueil est à la hauteur, et l’encadrement du groupe volontairement restreint à 6 stagiaires est assuré par Guillaume Oléron, M. Géomoto (auteur de Motodologie V.1 présenté sur ce même blog), et Albert Adesso, champion de France d’enduro qui encadre des stages depuis 20 ans, rien que ça! Savant mélange entre passion et performance, vous passerez la journée sous leurs yeux experts. Ce ne sera pas du tourisme, vous êtes venus vous initier ou vous perfectionner, dans environnement idéal.


Les hostilités


Guillaume en plein debrief

Qui dit « dirt track » dit « faire des ronds dans la terre ». Mais si vous pensez que ce stage se limite à cela, vous faîtes fausse route. Attendez-vous à rouler 3h le matin et 3h l’après-midi, réparties en différents ateliers, donc soyez un minimum en condition (article plus détaillé ici), au même titre qu’une sortie piste éprouvante, pour tenir et profiter de la journée. Les exercices se veulent pédagogiques et progressifs, avec une partie de théorie nécessaire pour qui n’a jamais goûté au roulage dans la terre. 
C’est simple : tout est différent, mais tout est pareil; les lois de la physique s’affranchissent bien des terrains. En pratique on a tous nos habitudes, bonnes ou mauvaises, étant vaccinée -droguée- aux guidons-bracelets, je ne vous cache pas que la transition sur une moto d’enduro a été... très déroutante au départ! Les exercices se font pour la plupart avec des cônes, que ce soit le freinage, les ronds, slaloms, dérapages, en pilotage assis et debout, et le terrain propose de nombreuses configurations de tracés et de surfaces (terre fine, terre sablonneuse, rochers, racines, etc). 


Une belle brochettes de WR250F, entre autre
Vous aurez donc même droit à une partie enduro, sur sentiers balisés, avec vue sur le Mont Blanc et les Alpes si la météo vous l’accorde. Une fois ces différentes étapes franchies, sans dire que vous maîtrisez la bête mais que vous arrivez à vous amuser avec, il sera possible d’attaquer à tourner « en rond » (dans les deux sens) sur la piste dédiée, à la terre concassée propice aux travers, pour chercher à déclencher la glisse et la conserver le plus longtemps possible.

Les débriefings et corrections au fil des exercices et roulages sont nombreux, personnalisés et pertinents, chaque phase est abordée avec beaucoup de pédagogie et donne toujours envie de s’améliorer.




Le bilan 

Une seule idée: recommencer!


Malgré la fatigue arrivant en fin de journée, on regrette de devoir lâcher le guidon, et on se demande si on ne va pas s’acquitter d’un autre stage, ou sortie enduro, pour varier les plaisirs cet hiver. Non seulement c’est bon pour le moral, mais aussi pour la condition physique, autant que pour les sensations de pilotage en terme de glisse et d’équilibre. Rouler debout, assis, en adhérence précaire est un vrai catalyseur de sensations. Reste à travailler pour affiner sa technique, et réussir à transférer une certaine sensibilité sur la piste en vitesse. Dans tous les cas, je ne peux que vous encourager à tester ce genre de formule complète et encadrée, un vrai stage de qualité qui sera beaucoup plus efficace et formateur qu’une sortie improvisée dans les chemins du quartier.








***


16 nov. 2016

Boutique DVR, à vos goodies !







Voilà quelques semaines que la boutique DVR est en ligne. Via un format de type "spreadshirt", vous avez l'occasion de soutenir l'association avec ces goodies participatifs.


Vous y trouverez le traditionnel rayon fringues, pour avoir la classe dans le paddock, ainsi que des objets tel que les mugs pour joindre l'utile à l'agréable. J'attire votre attention sur le boxer, qui vous garantie un gain d' 1 seconde au tour !

Les futur(e)s pilotes ne sont pas oubliés, avec un rayon rien que pour eux (bavoir, ourson en peluche, grenouillère).

Pour toute personnalisation, n'hésitez pas à me contacter, les commandes groupées sont également possibles pour obtenir un tarif dégressif.

Merci, et à bientôt ! 
***

16 août 2016

Essai dorsale - Roulez protégés

Après avoir écumé les routes et circuits avec la même dorsale depuis de nombreuses années, les évolutions des matériaux et des normes de sécurité m'ont poussée à la recherche du nouveau Graal.

C'est l'occasion de vous faire mon retour d’expérience sur la dorsale haut de gamme de chez Alpinestars: la Nucleon KR-1, dont les caractéristiques sont éloquentes. Il s'agit d'un produit certifié de niveau 2 (le plus élevé), léger et respirant, dont le maintien est assuré par une ceinture à scratch ainsi que des bretelles. Elle a la particularité d'être composée d'une partie rigide et d'une mousse à mémoire de forme qui promet une grande capacité d'absorption des chocs.


Le ramage se rapporte t-il au plumage ?


Une fois ledit objet en main, on constate que l'argument de la légèreté n'est pas usurpé (vérifié à 780 grs en taille M). De la même manière, dans cette gamme de produit la finition Alpinestars est juste parfaite. Avoisinant les 160 € TTC (prix public conseillé), on n'en attendait pas moins du manufacturier italien.

Afin de convenir au plus grand nombre de morphologies et offrir la meilleure protection possible, cette dorsale est déclinée en 3 tailles, mais offre également un ajustement de la hauteur de la ceinture ventrale. De plus, les bretelles sont non seulement réglables mais aussi amovibles. Ce détail prend toute son importance lorsqu'on désire les laver, installer la protection pectorale associée, ou encore retirer la dorsale plus facilement en cas de blessure.

Le bilan à l'usage


Une fois les réglages faits, l'enfilage et le placement sont très rapides, et la position bien verrouillée. Je l’utilise depuis plus d’1 an, au roulage cette dorsale tient toute ses promesses. Laissant  le pilote libre de tous ses mouvements, elle sait se faire oublier. Elle ne donne pas cette sensation d'avoir un cuir trop serré, de part son épaisseur raisonnable, ou de se liquéfier dessous, de part sa ventilation efficace. Ayant également testé son niveau de protection avec un gros impact lors d'un high side, j'ai pu apprécier l'absorption du choc, et ce n'est pas un vain mot.
En conclusion, si vous cherchez une dorsale de qualité offrant un haut niveau de protection, n'hésitez plus !


Points forts
° Conception: les matériaux
° Confort: légèreté, ventilation, hauteur réglable de la ceinture
° Bretelles amovibles
° Possibilité d’y attacher la protection pectorale Nucleon KR-C

Points faibles
° Ceinture un peu longue pour les tailles fines
° Mousse à mémoire de forme un peu raide au premier enfilage quand il fait froid

***

1 août 2016

Drapeau Vert Racing dans la course

Création logo: Benoît Moreau

Suite à mon engagement sur les courses en Promosport Découverte et Women's Cup, cette année j'ai le soutien de l'association Drapeau Vert Racing, une structure de bénévoles - et amis - qui a vu le jour le 10 mai 2016! Basée à Clermont-Ferrand et fondée par Denys Andrieux (ex pilote en championnat d'Europe vitesse et mondial endurance), DVR a pour rôle de m'accompagner sur les entraînements et la préparation aux courses. En dehors de l'organisation matérielle et la recherche de soutiens, c'est également une source de conseils pertinents et un encadrement qui m'ont permis de gagner du temps pour continuer à progresser.



Crédit photo: Denys Andrieux.



On dit souvent que les petites rivières font les grands fleuves, c'est pourquoi toutes les contributions sont les bienvenues: que ce soit sous forme financière en adhérant à l'association, sous forme matérielle en prêt ou services. 








DVR est déjà suivie par Acti CoursesAlban Couderc Créationle garage Coissard, Mage Offset, l'école de pilotage H2S et Makadam Fitness. N'hésitez plus à les rejoindre !


Crédit photo: Denys Andrieux.


Tous les donateurs auront une carte de membre, ainsi qu'une contre-partie d'affichage:

  • Pour les particuliers: vos nom et prénom sur un panneau à l'entrée du barnum dans le paddock sur les courses.
  • Pour les professionnels: affichage de vos logo et/ou coordonnées sur la moto, visible toute la saison et à chaque roulage, ainsi que la possibilité d'exposer la moto en vos locaux.

Dans cette démarche, je vous invite à rejoindre ma page Facebook pour partager les news: Marie Despret - page pilote 
et à contacter DVR à l'adresse: drapeauvertracing@orange.fr, pour toute proposition qui sera accueillie avec plaisir!

A venir prochainement: la boutique DVR, une cagnotte leetchi et des calendriers 2017.

Crédit photos: Pixelmotard & Denys Andrieux.
***

25 juil. 2016

Femme & Motarde, la nouvelle de la presse écrite


Bon, oui c'est vrai, il m'aura fallu la sortie du numéro 3 pour me décider! A vrai dire je n'avais pas été vraiment emballée en feuilletant le premier numéro, les arguments tels que "la nouveauté" et "unique revue sur le créneau" me laissant de marbre. Mais cette fois, un petit truc en plus de la curiosité m'a décidée à dépenser les 4,90 euros de ce troisième volet: l'interview d' Emma Clair, pilier de la FFM et de la Women's Cup.

Côté édition, aucune déception: l'épaisseur de la centaine de pages promet de nous faire tenir en haleine un temps certain, les pages de publicité y sont anecdotiques et la qualité du papier n'aura pas à craindre de nous accompagner un peu partout. Et le contenu me direz-vous ?
Bien que le titre "Femme & Motarde" semble annoncer le concept, il faut reconnaître que les sujets traités sont très vastes. 


Comme dans un magazine féminin, on y trouve quelques pages de photos de mode, mais avec des équipements de motos, et des conseils sur les soins capillaires compte tenu de ce qu'endurent les cheveux après des heures sous le casque. Cependant, faisons la part des choses: un petit blouson court et cintré sans aucunes protections, n'a que peu d'intérêts. Tout comme l'usage du casque jet qui est certes plus esthétique en photo mais qui promet de vous faire rencontrer un chirurgien maxillo-facial, en plus de vous décoiffer quoiqu'il arrive.



On retrouve également des rubriques habituellement présentes dans d'autres catégories de presse écrite: horoscope, mots croisés, shopping, qui ne sont pas propres à la moto mais qui font toujours passer un bon moment. Globalement le mélange des genres est réussi.





Mais F&M ne se résume pas à cela. C'est à ce moment que le sous-titre "Libérez l'amazone qui est en vous" prend son sens; car j'ai trouvé que les sujets abordés s'adressaient autant aux motardes en devenir (comment passer le permis, quelle 125cc choisir, les astuces pour voyager en passagère) qu'aux autres. Sans être "cucul la praline", le message est clair: foncez vous inscrire au permis, sans a priori ou crainte d'être jugées.


On pouvait redouter de trouver des articles caricaturaux, mais ce n'est pas le cas. Les rubriques telles que les news, les interviews, les essais et divers conseils sont riches et pertinentsExemples: le check up mécanique ou les étirements sur les longs trajets. Par ailleurs, rien n'empêche au genre masculin d'avoir les cheveux longs et appliquer les soins capillaires recommandés, de s'étirer au  cours des road trip, ou encore d'être passager, sus aux clichés! 







Mesdames les - futures - motardes, averties ou non, messieurs compagnon ou père de motardes, plutôt que d'acheter le hors série "spécial copier-coller", pardon "spécial vacances",  d'un mensuel ou hebdomadaire standard, Femme & Motarde mérite à être connu. Je vais attendre le n°4 avec impatience en espérant y trouver des articles plus baroudeurs et moins urbains avec un ou deux essais de motos asexuées qui collent la rétine au fond du casque!


***

18 juil. 2016

Quelles motos dans quelles courses ?

Bien que cela puisse sembler évident pour qui suit assidûment l'actualité moto côté piste et compétition, cela devient rapidement plus flou, voire inconnu, pour les autres. Ayant régulièrement des questions à propos des différentes catégories et des motos qui y sont engagées, je vais vous présenter ci-dessous les différences qu'il existe entre elles. Je vais, pour le moment, me contenter des championnats internationaux des courses de vitesse sur circuit, à savoir le Moto GP et le Superbike Mondial. Ils n'ont en commun que le fait de tourner sur un circuit fermé avec des motos sportives et... la comparaison s'arrête là!

1. Le Moto GP

*fourniture par Honda pour tous les teams

Il s'agit du championnat "ultime", à l'image de la Formule 1 pour faire un parallèle avec les 4 roues. Ce sont des motos à 100% prototype. La plupart des pièces ne sont pas raisonnablement chiffrables et vous ne les trouverez pas dans le commerce. Exemple: en catégorie Moto GP, pour les roulages sur le sec, les disques de freins sont en carbone. 
Bien que de plus en plus restrictif, pour une raison de coût et du faible nombre d'engagés, le règlement de cette catégorie est le plus libre. C'est également là qu'on retrouve une électronique et une télémétrie très poussée.
Il existe une petite exception en Moto 2, où chaque écurie dispose du même moteur, un Honda 600cc dérivé de la CBR RR. Les coûts sont ainsi réduits et le pilotage de chacun mis en avant.


Valentino Rossi sur la M1 au Qatar - crédit photo motorsport.com
Le format des courses est similaire pour les 3 catégories:

  • 3 séances d'essais libres (4 pour les Moto GP), vendredi et samedi
  • 1 séance de qualifications (divisée en 2 groupes pour les Moto GP), le samedi
  • 1 course, le dimanche


2. Le World SBK


Contrairement aux Grands Prix, les motos qui prennent le départ sur les courses WSBK sont des motos de série, ayant été préparées pour en tirer pour leur quintessence. Elles sont vendues dans le commerce à qui a le budget, accessoires, préparations et pneus compris. Dans ces catégories, pas de places pour les prototypes et le développement des pièces d'une autre galaxie. C'est le reflet de l'évolution des produits qui sont proposés au grand public, en respect avec le règlement. 
Il faut retenir que les catégories Superbike et Supersport autorisent les modifications moteur, comme le remplacement des arbres à cames, quand la catégorie Superstock ne l'autorise pas. Les différences de budget et de puissance sont ainsi plus limitées entre les teams.
Sylvin Guintoli sur la R1 2016 - crédit photo Yamaha Motor France
Un week-end de courses pour les 3 catégories se déroule de la manière suivante:

  • 3 séances d'essais libres (2 pour les Superstock), vendredi et samedi
  • 1 séance de qualifications (divisée en 2 groupes pour les Superbike), le samedi
  • La 1ère course Superbike le samedi
  • La 2ème course de Superbike le dimanche
  • Les courses Supersport et Superstock le dimanche

3. Les passerelles


Bien que les motos aient chacune 2 roues, un moteur, des freins, et le reste; passer de l'une à l'autre n'est pas chose aisée. De nombreux pilotes ont changé de championnat, dans un sens comme dans l'autre, et pas toujours avec le succès escompté. De part la conception, le Moto GP reste la catégorie reine et ce n'est pas qu'un simple mot: performances un cran au-dessus que ce soit en chrono ou en comportement, elles sont plus exigeantes pour le pilote à tout point de vue.


Loris Baz chez Avintia en MotoGP après avoir brillé avec une ZX10R SBK


4. Et les chronos' alors?


A titre purement informatif (les conditions étant différentes pour chaque chrono), voici un petit comparatif des temps effectués en course à Philip Island:

  • MotoGP : 1'28"108 vs WSBK: 1'30''949
  • Moto 2 : 1'32''814 vs Supersport: 1'33''283



Pour aller plus loin :



***