25 mars 2013

Tourist Trophy - THE Ultimate Race


Il était temps de partager un article sur cette épreuve mythique, presque mystique, voire poétique, qui n'a de cesse de me fasciner. En effet, c'est le 25 mai, dans autant de jour qu'on compte de secondes dans une minute, que l'Île de Man va entamer près de deux semaines exceptionnelles de réjouissances mécaniques: de quoi vous faire hérisser les poils et monter les larmes aux yeux de bonheur.
Guy Martin au Tourist Trophy - en catégorie Supersport

Story of...

Le Tourist Trophy est une des plus grandes courses de moto du monde. "Grande" par sa démesure, par son tracé, par sa vitesse, par son côté unique, et ce depuis 1907, date de la création de la course moto (et 1911 dans sa configuration de tracé actuel). Elle se déroule en territoire britannique sur l'île de Man, située en mer d'Irlande à égale distance des côtes irlandaise, anglaises et écossaises. Elle est connue à travers le monde pour diverses raisons, le Tourist Trophy en est une, ses facilités fiscales en sont une autre. Toujours est-il que les "Men of Manx", natifs ou résidents, sont souvent entrés dans la légende du sport (Mark Cavendish - champion du monde de cyclisme, Nigel Mansell - champion du monde de F1, Joey Dunlop - Multiples champion du TT). Peut-être que ce morceau de terre, à l'image du triangle des Bermudes qui ferait échouer les navires, développe une hargne et une rage de vaincre sans commune mesure. Il faut dire qu'en dehors de ses courses, l'Île n'a rien des plages de sables chauds idylliques des cartes postales.

C'est sur ce rocher de 572 kilomètres carré, que le rythme de vie opère une mutation deux semaines durant pour se caler sur celui des moteurs hurlant qui frôlent les murets des maisons de village entre les mains de pilotes... un peu particuliers. Car le tracé de 37,75 miles (60,4 kms) de cette course n'est autre que la route fermée à la circulation, dont les virages sont signalés par des panneaux, et balisés par des bottes de paille. Inutile de préciser à quel point nous sommes loin des tourniquets sécurisés de 4 kilomètres du continent. Les enfilades, en plus d'être rapides, accusent un sérieux dénivelé occasionnant des sauts impressionnants dont les réceptions sont parfois héroïques.




Racer's groups & schedule

L'épreuve est composée de plusieurs catégories, dont je détaille les caractéristiques dans cet autre article. Voici le calendrier prévisionnel des épreuves de cette année :

1er Juin 2013 : Superbike TT - 6 tours
1er&5 juin 2013 : Sidecar - 3 tours
3 juin 2013 : Superstock TT - 4 tours
3&5 juin 2013 : Supersport TT - 4 tours
5 juin 2013Zero TT - 1 tour 
7 juin 2013 : Lightweight TT - 3 tours
7 juin 2013 : Senior TT - 6 tours


A noter que la course "Senior TT" réunit les meilleurs des catégories Superbike, Supersport et Superstock. Par ailleurs, il y a également un classement spécifique pour les "Newcomers", autrement dit les pilotes qui participe pour la première fois au TT.
Procédure de départ du Tourist Trophy
Le départ s'effectue pilote par pilote à intervalle fixe de 10 secondes, la bataille à livrer se fait contre le chronomètre. Mais vu la longueur du tracé, les dépassement ne sont pas rares. Par ailleurs, il y a également des ravitaillements à prévoir, car rappellons que 6 tours de circuit représentent plus de 360 kms de course ! Pour vous donner une idée du "type" de tracé, le recordman actuel du tour n'est autre que le multiple vainqueur de l'épreuve : John McGuinness avec un chrono de 17'22''30 soit 131,578 mph (210.5 km/h) de vitesse moyenne. 

Entre ces différentes épreuves, qui auront déjà laissé bon nombre de stigmates de gomme sur la route, il y a le traditionnel "Mad sunday", le 2 juin 2013. C'est simple : si vous avez la chance d'être venu avec votre moto, le tracé vous est ouvert ! Attention à l'affluence, certains vont tenter de chasser le chrono' malgré la densité du trafic, les accrochages ne sont pas rares.
Le "Mad Sunday", une institution


The Only one

Le Docteur du TT

Vous l'aurez compris, cette course est aux antipodes des démarches ultra-sécuritaires actuelles. Chaque saison on se demande jusqu'à quand le T.T va continuer d'exister ? Jusqu'à quand les grandes marques vont promouvoir et soutenir l'évènement pour le rendre possible, avant qu'un lobby de bien-pensants ne le prenne en grippe ? Les morts ne sont pas rares au TT, car les sorties de routes sont vite dramatiques, les zones de dégagement étant particulièrement limitées. 






Le doctor, motorisé pour arriver au plus vite, veille; mais il est parfois trop tard. C'est une donnée qu'il faut avoir à l'esprit et qui fait parti intégrale de la course pour tous les concurrents. 
Guy Martin (ci-dessus), un des favori mais qui ne l'a jamais remporté, déclarait il y a quelques semaines à Eric Malherbe pour le magazine Moto Heroes : "Si tu n'acceptes pas le risque de mourir, tu ne peux pas gagner". Cette phrase peut faire froid dans le dos, elle est pourtant l'essence du Tourist Trophy. C'est pour cette raison que vous ne retrouverez qu’exceptionnellement un pilote de circuit faire cette course, les seuls y ayant briller sont David Jefferies, Steve Hislop et Carl Fogarty. 
Le circuit est au bac à sable ce que le Tourist Trophy est à la fosse aux lions.


Tips & Goodies

Retrouvez ici le site officiel de l'épreuve : IOMTT, très riche en informations, que ce soit pour les courses, la billetterie, les résultats, l'hébergement ou les produits dérivés en tout genre; bref, c'est une adresse à mettre dans vos favoris.
***