2 avr. 2013

Tourist Trophy - Bikes


Comme déjà présenté dans l'article d'introduction, cette épreuve regroupe plusieurs courses de différentes catégories, que je vous propose de découvrir ci-dessous. Après avoir décortiqué les règlements, je vais vous présenter plus en détails les différents types de motos qui peuvent prétendre prendre le départ.
A titre indicatif j'ai donné les meilleures moyennes au tour réalisées en course en 2012. Affichée en miles per hour pour rester dans l'ambiance, il faut rappeler que : 1 mph = 1,61 km/h.


Zero

Cette catégorie est réservée aux motos (2 roues maximum donc) produisant zero émission toxiques (au moment de s'en servir, pas de la construction ou de l'acheminement des pièces), il s'agit donc à l'heure actuelle de motos électriques.
Voici ce qu'il faut avoir à l'esprit pour cette catégorie "verte" :
La machine doit posséder un aspect et un carénage intégral au même titre que les autres catégories (proportion, protection, position). Elle doit mesurer moins de 3 mètres de long, moins d'1 mètre de large et le guidon ne doit pas excéder 45cm. La moto complète doit peser 100 kgs minimum et 300 kgs maximum en configuration de course. Plus spécifiquement en rapport à l'énergie, la composition chimique des batteries doit être obligatoirement déclarée. Il est autorisé d'utiliser un récupérateur d'énergie qui recharge les batteries en roulant et les composants électriques utilisés doivent être au minimum de classe IP44. Il est impératif de disposer d'un système qui permet de rouler en roue libre (comme une machine qui serait au point mort), de deux contacteurs d'arrêt d'urgence (accessibles par le pilote et les marshalls au besoin), et d'un témoin lumineux visible de niveau de charge.
Actuellement, vu le nombre de participants (4 en 2012) et les écarts en course, cette catégorie ne parcourt qu'un seul tour. 

Meilleurs temps en course en 2012 : Michael Rutter, 21'45''33 soit 104,1 mph de moyenne.



Sidecar Formula Two

Le règlement propre aux sides étant l'un des plus exhaustif, compte tenu que leur construction est parfois uniques, je ne citerai que quelques informations générales. Cependant, tous les détails sont disponibles dans le document de l'organisation.

Cylindrée et architecture :
501 à 600cc pour des 4 cylindres 4-temps
Châssis de type tubulaire
Le poids minimum de l'ensemble est de 136.5 kgs (sans carburant); les pneus slicks sont autorisés mais le Traction Control interdit.
L'alimentation en carburant doit être assurée par une injection électronique.

Meilleurs temps en course en 2012 : Dave Molyneux et Patrick Farrance, 19'46''42 soit 114,5 mph de moyenne.


Lightweight

Cylindrée et architecture :
650cc maximum, bi-cylindres 4-temps
Identification : chiffre(s) blanc(s) sur fond de plaque vert
Les modèles de base doivent être vendus dans le commerce et homologuées pour la route, les plus anciens millésimes retenus sont de 2005.
Les modifications sont vraiment libres, il est possible de remplacer : l'araignée, la boucle arrière, les tés de fourche, le bras oscillant, la fourche, l'amortisseur arrière, le système de freinage, le radiateur, guidons, reposes-pieds, la batterie, les roues (mais les jantes en carbone ou en composites sont interdites). La monte de pneus doit être homologuée pour un usage routier. Le réservoir de carburant peut-être modifié, mais doit conserver sa capacité d'origine, ses formes et ses points d'ancrage. Les échappements sont libres, pour le peu qu'ils s'agissent de modèles disponibles à la vente et non de prototypes.
Côté moteur, les modifications sont également "larges", il faut veiller à ne pas excéder 650cc de cylindrée, mais en dehors de ce point, toutes les préparations sont possibles. Les boîtiers additionnels d'injection sont autorisés, tous comme la suppression du rupteur. 
La transmission suit le même principe, il est possible de modifier les rapports de boîte, d'utiliser un shifter, la démultiplication final est également libre.
Il faut néanmoins conservé le cadre d'origine.
A la lecture de ce règlement, on comprend mieux le challenge de John McGuinness qui va s'aligner avec un CB 500 R dans cette catégorie. Il y a fort à parier que sa machine, pour être compétitive, sera très éloignée de celle vendue dans le commerce ! Autre effet d'annonce dans cette catégorie, c'est la première fois qu'une moto chinoise s'alignera au départ du TT.
Edition du 15/04/13 : John McGuinness ne s'alignera finalement pas au départ, par manque de temps nécessaire à la bonne préparation de la CBR.
  Meilleurs temps en course en 2012 : Ryan Farquhar, 19'39''20 soit 115,2 mph de moyenne.



Superstock

Cylindrée et architecture :
600 à 1000cc pour les 4 cylindres 4-temps
750 à 1000cc pour les 3 cylindres 4-temps
850 à 1200cc pour les bi-cylindres 4-temps
Identification : chiffre(s) blanc(s) sur fond de plaque rouge
La base est fortement inspirée par le règlement FIM Superstock . 

La moto doit être un modèle commercialisé et homologué (pas de prototype),  et doit peser au minimum 165 kgs dans sa configuration de course (pouvant être lestée au besoin), les pneus utilisés sont des pneus homologués pour la route et disponibles à la vente. Le moteur doit rester d'origine et ne doit subir aucune modification, ni même la boîte de vitesse, tout comme le cadre,  seule la transmission secondaire peut-être ajustée. Le faisceau électrique et le boitier d'injection sont remplaçables sous réserve de ne pas excéder un certain ratio de prix par rapport au modèle d'origine; la télémétrie n'est pas autorisée. 
En terme de suspension, il est autorisé de remplacer l'amortisseur et l'amortisseur de direction, mais les fourreaux et tubes plongeurs de la fourche d'origine doivent être conservés.
Les modifications sur le freinage sont également limitées, il est possible de remplacer les durites, disques ou étriers sous réserve qu'il soient du même format que le montage d'origine (dimensions, fixation, nombre de pistons) mais les maîtres-cylindres d'origine doivent être conservés. Concernant les machines équipées d' ABS, il est possible de le supprimer, ou de le reprogrammer.

Certains aménagements sont spécifiques au Tourist Trophy tel que:
° La bulle qui peut-être remplacée et surélevée au maximum de 15cm par un élément transparent et homologué
° Le réservoir qui peut être modifié en conservant les formes d'origine
° Le nombre de pneus qui n'est pas limité
° Le niveau sonore de l'échappement qui n'est pas limité

Meilleurs temps en course en 2012 : John McGuinness, 17'34''52 soit 128,8 mph de moyenne.


Supersport

Cylindrée et architecture :
400 à 600cc pour les 4 cylindres 4-temps
600 à 675cc pour les 3 cylindres 4-temps 
600 à 750cc pour les bi-cylindres 4-temps
Identification : chiffre(s) bleuc(s) sur fond de plaque blanc
Même principe que pour le Superstock, la base est inspirée du règlement FIM Supersport
Il doit s'agir d'un modèle commercialisé homologué (pas de prototype), la moto doit peser au minimum 161 kgs (pouvant être lestée au besoin), utiliser des pneus homologués pour la route et disponibles à la vente. Le moteur doit (quasiment) rester dans sa configuration d'origine, tout comme le cadre,  seuls la transmission (primaire et secondaire), le faisceau électrique et la partie cycle sont modifiables.

Les aménagements sont spécifiques au Tourist Trophy sont les mêmes qu'en Superstock :
° La bulle qui peut-être remplacée et surélevée au maximum de 15cm par un élément transparent et homologué
° Le réservoir qui peut être modifié en conservant les formes d'origine
° Le nombre de pneus qui n'est pas limité
° Le niveau sonore de l'échappement qui n'est pas limité

Meilleurs temps en course en 2012 : Michael Dunlop, 17'49''95 soit 126,9 mph  de moyenne.


Superbike 

Cylindrée et architecture :
750 à 1000cc pour les 4 cylindres 4-temps
750 à 1000cc pour les 3 cylindres 4-temps
850 à 1200cc pour les bi-cylindres 4-temps
Identification : chiffre(s) noir(s) sur fond de plaque blanc
Même principe qu'en Superstock et Supersport, la base est commune au règlement FIM Superbike
C'est dans cette  catégorie qu'on retrouve les missiles sol-sol les plus préparés. La moto doit être un modèle commercialisé homologué (ce n'est pas ouvert au prototype) et doit peser au minimum 165 kgs en configuration de course (pouvant être lestée au besoin). Le concept du moteur ne peut-être modifié mais amélioré avec l'emploi de pièces similaires haute performance (arbres à cames, bielles, pistons, soupapes, ressort), par le travail des surfaces, la métrologie, etc. Sont modifiables également :
° La culasse,
° Le taux de compression,
° Les transmissions primaires et secondaires,
° La boîte à air,
° L'échappement (mais doit rester du même format que l'origine : 4-1-2 par exemple)
° L'embrayage (mais pas le type de commande à câble ou hydrolique),
° Le radiateur et le système de refroidissement,
° Boitier électronique additionnel et faisceau électrique,
° Bras oscillant (mais pas les points d'ancrage),
° Fourche et amortisseur (du même type que l'origine, par exemple: télescopique),
° Le système de freinage complet (y compris l'ABS si présent d'origine),
° Le réservoir peut-être porté à 24L maximum s'il conserve sa forme et son aspect d'origine,

La télémétrie n'est pas autorisée, le cadre peut être modifié pour être renforcé, mais les côtes doivent restées conforme à l'origine. Seules les roues en alliage d'aluminium sont autorisées, d'un diamètre standard de 17" et d'une largeur maximale de 3.5" à l'avant et 6" à l'arrière, pour accueillir des pneus slicks, ou adaptés aux conditions de roulage.

Les petits bonus propre TT restent les mêmes que dans les autres catégories:
° La bulle qui peut-être remplacée et surélevée au maximum de 15cm par un élément transparent et homologué
° Le nombre de pneus qui n'est pas limité
° Le niveau sonore de l'échappement qui n'est pas limité

Meilleurs temps en course en 2012 : John McGuinness, 17'20''97 soit 130,5 mph de moyenne.


Archive : 2 Strokes

Il n'y a pas si longtemps les motos propulsées par des moteurs 2-temps étaient encore en course. C'est malheureusement révolu depuis 2005, où le TT a calqué ses catégories sur le championnat Superbike FIM. 
Les catégories où on pouvait particulièrement sentir passer les motos étaient les suivantes :
° Ultralightweight : 125cc 2-tems 
° Lightweight : 250cc 2-temps qui courraient avec les 400cc 4-temps

Le spectacle était au rendez-vous avec ces machines ultra légères (120-150 kgs) et puissantes, juste expatriées des Grand Prix. L'un des défis étaient de tenir la distance de course, parfois éprouvante pour les mécaniques des "cylindres à trous" compte tenu de la durée à pleine charge sur ce tracé.

Appendix

A titre d'exemple, voici l'extrait d'un annexe du règlement, visuellement plus parlant concernant les valeurs à respecter en matière d'habillage et de géométrie.
***