4 avr. 2013

Losail, et la lumière fût!

Il faut le reconnaître, le Qatar pourrait commencer à nous sortir par les trous du nez comme on dit familièrement: le football, le handball, les droits de retransmission télé, etc. Mais cela fait déjà plusieurs années que l'épreuve du Qatar est au calendrier du championnat du monde de Moto GP. En effet, depuis 2008 c'est ce Grand Prix nocturne qui marque le début des vraies hostilités de la saison. Original oui, mais pas seulement, aussi énergivore.

D'un côté on se félicite de rendre la nuit aussi claire que le plein jour, et de l'autre on crie au scandale de dépense énergétique pour le réaliser. Je relisais dernièrement certains chiffres qui rappellent cet "exploit" : 5,4 Millions de watts, 44 générateurs de 13 Mégawatts et 3600 luminaires. Datant de 2008, j'ose espérer qu'ils ont pu être optimisés depuis, mais n'en demeure pas moins que jusqu'à présent, les autres nations accueillant un GP ne paient pas les rayons de soleil.

Pour ou contre ?

D'un élan, j'ai envie de dire "Pour"; tout simplement pour le fait de sortir des sentiers battus et de proposer une course différente. Les pilotes y décrivent une atmosphère spéciale sous cette pluie de lumière, des repères différents par le manque d'ombres,  une température de piste plus basse que sur les autres circuit, etc. Néanmoins je garde une une petite arrière-pensée, ayant conscience que le message renvoyé par ce Grand Prix est plus proche de la vitrine de comptes en banque que la recherche d'améliorations techniques et de performances en course. Mais je ne peux pas me ranger à la facilité de fustiger cette manche, car la situation est plus hypocrite. Comment critiquer une organisation qui s'est donnée les moyens de réaliser ce Grand Prix en l'accusant de ne faire qu'aligner des budgets alors que d'autres pays, bien qu'étant aptes à réaliser les mêmes dépenses, ne seraient pas parvenus à ce résultat ?  Il ne suffit pas d'avoir le financement, il faut également la volonté et l'assumer.
Bien sûr, difficile de croire qu'il ne s'agisse que de la promotion du sport, mais pourtant nous continuons à rêver devant les prototypes flamboyants qui illumineront la piste tout au long de ce week-end.
Les étoiles scintillent sur la piste
***