* DOSSIER Yam' R6: Full Pistarde

Je vous avez présenté deux GSXR dans la même veine, un 1000 mixte route/piste, un 750 oldie but goodie 100% piste pour une pratique loisir à moindre coût. Il en manquait donc une: la pistarde complète moderne.
L'hiver dernier, j'ai décidé de passer à l'étape supérieure et de dédier ma Yamaha R6 de 2011 exclusivement à la piste. L'investissement, autant en temps qu'en budget, reste conséquent malgré la recherche de "bons plans", mais le résultat est là et le plaisir aussi.
R6 Piste 2011 - sponsor www.acticourses.com


1° Robe de piste



Après avoir trouvé un ensemble d'occasion sur leboncoin.com, j'ai arrêté de compter les heures de réparation, de ponçage et finition pour préparer au mieux la peinture. La peinture est unie noire brillante, dans un soucis de simplicité et de coût, la décoration sera faite entièrement au vénilia, découpe et pose minutieuse pour un résultat à la hauteur.

Compter également une mousse de selle et un jeu de dzus pour avoir un ensemble complet opérationnel.






2° Les protections



Une fois la belle mise à nue pour changer de robe, il n'est pas possible de faire l'impasse sur un lot de protection désormais standard : protections de carters, protection de cadre, protection de bras oscillent intégrant une "dent de requin", ainsi que des protections de réservoir dont les arrêtes sont assez exposées sur la R6.





3° La position
Malgré une position déjà très sportive d'origine pour la R6, dans un soucis d'ergonomie, j'ai choisi d'installer des commandes reculées. J'ai conservé les guidons-bracelets d'origine pour le moment, ainsi que les commandes reculées d'origine afin d'avoir de la pièce de rechange.

Côté position, comme c'était le cas sur mes GSXR, j'ai équipé la R6 de Stompgrip, petit accessoire dont je vous parlais ici et qui est devenu un compagnon inséparable.



4° Le freinage

Bien qu'ayant eu de longs mois et avec grand plaisir, un maître-cylindre Brembo PR19x18, j'ai souhaité revenir à la configuration d'origine. L'upgrade en matière de freinage est donc le minimum syndical: des durites aviation et un jeu de plaquettes Carbone Lorraine. Le mordant est moindre, c'est surtout une histoire d'adaptation, et un coût limité en cas de chute.


5° Roues, pneus and co

Sur une saison complète, les conditions météo restent aléatoires. Afin de ne pas ronger mon frein quand les gouttes de pluie font leur apparition, j'ai investi dans une seconde paire de roues équipées de pneus pluie. Après avoir pu testé cette configuration, en excluant le froid et la non étanchéité de la combinaison, il faut reconnaître que taquiner le slider dans ces conditions a quelque chose de particulièrement grisant.

Pour les conditions estivales, que je préfère malgré tout, j'ai ajouté à ma liste d'achat une paire de couvertures chauffantes.


6° Démultiplication
Remplacement du kit chaîne d'origine en pas en 525 au profit d'un modèle en 520. Plus léger (couronne alu et chaîne plus étroite), plus performant, j'ai également ajouté un jeu couronnes et de pignons pour avoir la meilleure démultiplication finale en fonction des circuits.


7° Accessoires: chrono, IRE, speedohealer

Je vous avais déjà parlé d'un de ces accessoires ici, le speedohealer, qui permet de corriger le compteur en fonction des modifications de démultiplications et/ou dimensions de pneus.
La R6 n'en étant pas pourvu d'origine contrairement à la plupart de ses concurrentes directes, j'ai également installé un indicateur de rapport engagé. J'ai sélectionné le Gi Pro pour son rapport qualité/prix et son encombrement limité.
Enfin, l'outil dont on peut difficilement se passer sur circuit: un chrono embarqué, pour quantifier ses progrès... ou pas ! De nombreux modèles GPS existent, dans un soucis de budget, c'est un Alfano Fun, connu et archi éprouvé qui équipe la R6.


7° Les suspensions

Pour le moment tout est d'origine, "juste entretenu". Il faut reconnaître que c'est un budget conséquent mais qui apporte un gain significatif, à partir du moment où le temps descendent. Ce sera le prochain investissement de cet hiver.


8° Entretien




Les modifications, c'est bien, mais il ne fallait pas négliger l'entretien de base pour autant, surtout pas même compte tenu des régimes d'utilisation et de températures constamment élevés sur piste.








La R6 reçoit donc de 15W50 en V300 de chez Motul, un filtre à air K&N, des bougies NGK Iridium, du liquide de refroidissement neuf eau distillée + Mo Cool, du dot 4 RBF 660, etc.










 
***