26 juil. 2013

Série TV - Sons of Anarchy

Pourquoi ?


Nous ne roulons pas en Harley, grand dieu non, nous travaillons pour payer notre passion au lieu de vendre des armes ou de la drogue, nous ne cherchons pas à corrompre la police, nous n’exécutons pas le premier venu qui nous fait une crasse; et pourtant, nous aimons regarder "Sons of Anarchy". Pourquoi ? Parce que quelque part, on aimerait bien faire tout ça.
Suivre les pérégrinations d'un groupe de bikers attardés, qui se pavanent en cuir noir défraîchi sur des étrons lourds et poussifs, en marge de (et hors) la loi, organisés telle une mafia; comment cela peut-il captiver les foules et réunir des spectateurs d'horizons très distincts?

"Pan pan" mais encore ?

Un tour de table peut-être un bon exemple de ce qui va interpeller et retenir l'attention dans cette série. Tantôt rejeter en bloc à cause de la violence et de l'image négative que cela peut donner de succomber à un tel programme (les mêmes qui vont baver sans sourciller devant la télé-réalité); tantôt adoré pour des raisons très diverses et variées. Au cœur de ces raisons, on retrouve la Moto, bien que n'étant pas un élément clé du scénario en tant que tel, l'image qui est véhiculée, l'indépendance procurée par la machine et l'appartenance à un groupe parlent à chacun. Cette pseudo-liberté est pourtant fortement contrariée par l'effet de gang, dont les codes sont très stricts, où chaque membre occupe une fonction propre et se doit de rester à sa place. Par certains côtés, à l'heure actuelle où l'hypocrisie règne en maître au sein de la plupart des "processus de management", force est de constater que les choses ne peuvent être plus claires au sein des Sons
Sons of Anarchy - Une partie de "la famille"

Certes, les putschs et coalitions internes existent, c'est aussi dans la nature humaine de contrarier l'ordre établi. Par delà ces divergences d'opinion, la cohésion d'un groupe étant devenue une valeur qui manque souvent, même parfois au sein d'une famille biologique, elle représente une corde sensible qui parle au public.
La dualité de Jack, avec les idéaux légués par son père et les activités plus récentes du gang, rend le personnage plutôt profond à mon sens; là où on pourrait s'arrêter à un beau gosse blond écervelé. Libre à chacun de poursuivre la réflexion ou non, de prendre le scénario et les guerres de gangs au premier degré, mais bon nombre d'épisodes traitent de problèmes existants sous un regard différent. 

Dans l'idée...

Alors non, nous ne vivons pas à Charming, je ne me tasse pas les vertèbres sur une américaine qui me laissera en panne dans l'arrière pays varois, je mène une vie plutôt tranquille à côté de tout cela, mais ça ne m'empêche pas de savourer les épisodes, partager des idées et ne pas oublier ce que nous sommes et ce que nous voulons malgré les carcans que l'on nous impose.

Fansite français: www.sonsofanarchyfrance.net

***