ACTUS

Post Top Ad

Your Ad Spot

16 déc. 2020

Lecture moto, 3 romans rétros

L'hiver arrive, et les week-ends ont pu être en demi-teinte avec un confinement, un couvre-feu et des mesures sanitaires à tenir. Qu'à cela ne tienne, à défaut de faire défiler les kilomètres au compteur, l'occasion est belle pour découvrir des lectures qui permettent de s'évader sans franchir physiquement vos murs. 
Après les 3 romans de l'hiver 2020, je vous propose une sélection "rétro" pour la saison 2021. Tous les trois se déroulent pendant les années 70, avec des protagonistes issus de 3 pays différents : France, Angleterre, Etats-Unis; ayant chacun leur histoire, leurs repères et leur éducation.
Les seventies, âge d'or de la moto ? N'étant pas encore née à cette époque, je l'ignore, néanmoins ces romans offrent la part belle aux rêves et aux réflexions. Ils seront toujours moins coûteux que les litres d'essence nécessaires aux déplacements du genre, et aussi moins risqués en cette saison de pandémie. 
Mais attention, cela pourrait être une source d'inspiration, une invitation à la découverte et à l'ouverture aux autres en prenant la trace de nos auteurs.
Bonne lecture !



# "Et j'ai suivi le vent"

par Anne-France Dautheville
paru en Mai 2017 (1ère parution 1975)
Editions Payot

C'est le premier opus d'Anne-France, dans lequel la romancière relate son tour du monde de 1973. A l'époque, la presse et d'autres milieux, l'ayant accusée d'avoir tiré au flanc sur le rallye d'Ispahan, elle décide de repartir, en solo, sur une petite Kawasaki 100cc deux temps.
Au fil des mois, nous accompagnons Anne-France à travers les continents, par delà les mers et montagnes. Chaque ligne nous fait vibrer de ses mésaventures mécaniques et organisationnelles, parfois politiques, suivant les pays traversés. Le contexte de ce voyage en solitaire est fort d'indépendance et de force de caractère. Si aujourd'hui la surenchère de ce genre d'exploits a le vent en poupe à grand renfort de technologie, il n'en était rien à l'époque, qui plus est pour une femme, chapeau madame. Dans une veine et un style différent de son autre ouvrage "La vieille qui conduisait des motos", j'ai dévoré celui-ci qui m'a transportée avec elle de bout en bout.
Pour découvrir un peu plus Anne-France Dautheville, retrouvez ici une interview de Croko Road Triper :



# "Les voyages de Jupiter"

par Ted Simon
paru en Septembre 2017 (1ère parution 1979)
Editions Interfolio

En 1980, invité de l'émission "Apostrophe" de Bernard Pivot à l'occasion de la sortie de son roman, Ted Simon nous présente ce qui deviendra un monument du roadtrip moto. Sur le papier, Ted Simon n'avait rien de l'aventurier apte à fédérer les explorateurs ou faire naître des passions. Ingénieur de formation, il décide de faire le tour du monde, sans savoir par quel moyen. La moto est une option qui vient naturellement dans sa réflexion, pour la proximité avec le terrain et les personnes. Il passe donc le permis dans ce seul but, et part pour 4 ans de voyage autour du monde au guidon d'une Triumph T100, en bon britannique. Sa monture saura lui réserver quelques surprises, toujours abordées avec flegme.
Vous retrouverez quelques clichés en couleur au centre des pages de l'ouvrage, relativement lourd au sens propre comme au figuré avec ses 300 pages. La lecture se fait aisément dans un style fluide, avec parfois des "surprises" relatives au contexte socio-culturel de l'époque. J'ai regretté que la seconde partie de l'ouvrage, consacrée à l' Asie, l'Inde, ou l'Australie, ne soit pas aussi détaillée et fouillée que la première moitié consacrée au continent africain.

La priorité de Ted Simon est de voyager, la moto reste un moyen de transport, et il lui arrive de prendre le train, le camion ou le bateau. Valeur sûre du genre, un roman qui ravira avant tout les voyageurs, motards ou non.





# "Traité du zen et de l'entretien des motocyclettes"

par Robert M. Pirsig
paru en Juin 2013 (1ère parution 1974)
Editions Points
Contrairement aux deux références présentées ci-dessous, n'attendez pas ici la description chronologique d'un roadtrip.
Même si les personnages principaux sont en mouvement à travers les Etats-Unis et se déplacent à moto, le voyage est avant tout psychique. Ce roman en partie auto-biographique est réellement un "traité", qui n'aborde pas le zen à proprement parlé: il n'est pas un livre de théologie mais de philosophie. A travers les nombreuses références à Platon, Socrate ou Aristote, ce sont avant tout les notions de vérité, de savoir, d'éthique et de qualité qui sont abordées. L'auteur partage ses réflexions pour en débattre avec vous, et aussi avec lui-même, à travers son passé. 
La moto dans tout ça? L'analogie décrite en détails avec la pratique et de l'entretien des motocyclettes est réelle, et constitue un fil d'Ariane qui permet de ne pas se perdre dans le dédale de la maladie mentale. Le voyage à moto demande de l'introspection, au fil des longues heures en selle, et une ouverture aux autres lors des arrêts. Cette longue virée impose à l'auteur un travail sur lui-même pour se retrouver et renouer le dialogue avec son fils. Ce livre est une très belle définition de la "motothérapie" qui va au-delà des sensations physiques qu'on évoque souvent en employant ce terme.
Ouvrage intemporel, c'est une lecture à prendre à tête reposée qui amènera certainement plus de questions que de réponses.

***

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Post Top Ad

Your Ad Spot

Mes motos modifiées