31 déc. 2012

Gants Dainese Fuel - Essai longue durée

Dainese, éprouvé


Voilà 5 ans que je possède une paire de gants Fuel, le modèle inférieur aux très connus Full Metal du maestro Valentino Rossi, entre autre. Environ 150 euros à l'achat, j'ai grincé des dents au passage à la caisse, mais aujourd'hui je ne le regrette pas.

Gants Dainese Fuel - le dessus

Intérieur de la paume
Confectionnés en peau de chèvre, la souplesse et le confort sont au rendez-vous. J'avais des appréhensions avec le cuir blanc, le modèle noir n'étant plus disponible, mais il a bien vieilli. Niveau entretien j'ai utilisé le kit Dainese, qui contient un flacon nettoyant et un flacon nourrissant.
Un des scratchs commence à montrer des signes de fatigue et un point de couture est usé (mais à cet endroit la coutûre était doublée). Globalement ils sont toujours vaillants et utilisables, malgré un usage intensif dont un test de résistance sur le bitume. Le confort est également rester excellent, sous réserve d'éviter de leur faire prendre une douche et de les entretenir; mais le prix on n'en attendait pas moins.

Gants Dainese Fuel Recto - 5 ans plus tard
Gants Dainese Fuel Verso - 5 ans plus tard

Leur successeurs aujourd'hui sont les Druids. Ils présentent quelques améliorations au niveau de la manchette et une plus grande surface rigide de protection sur le dessus de la main. Les protections importantes au niveau de la paume, les doublures, et le "distorsion control" sont bien sûr toujours présents.
Comme on le dit souvent, l'herbe est plus verte chez le voisin, j'ai donc décidé de tester leur homologues chez le concurrent : les Alpinestars GP Pro, dont j'ai fais la présentation vidéo sur youtube. A première vue ils devraient tenir la comparaison sans problème, mais à cela reste à confirmer dans le temps.

***