8 mai 2013

Gilet jaune, ou la blague Carambar


Après le faux-buzz de l'arrêt des blagues Carambar dans l'emballage de ladite sucrerie, je pense que le CNSR aurait pu postuler pour les remplacer! Il y a quelques semaines, une des dernières trouvaille de ce groupuscule bureaucratique serait d'imposer le gilet fluo aux 2-roues motorisés. Tout comme à la première lecture d'une blague de confiserie, on reste incrédule. Motivé à comprendre, attaquant la seconde lecture, on perçoit qu'il ne s'agit pas d'imposer le port du gilet, mais le fait d'en posséder un. Un grattage de tête plus tard, la blague ne fait toujours pas rire et apparaît même stupide.


Mais qu'est ce que je vais en faire de ton gilet ?

Variante 1: "Gilet-Couche" très utile.


Après l'idée du brassard, on recherche une nouvelle brillante idée à nous vendre pour débiter un peu plus notre compte en banque. Ces premières annonces ne sont pas sans rappeler le "bras de fer - éthylotest". Il faudrait donc un gilet jaune fluo homologué bla bla mais sans obligation de le porter. Quel est le donc le mystérieux argument sécuritaire qui va dans ce sens? Honnêtement, ma première compréhension serait: "Je me fous que tu te fasses ratatiner par un autre usager occupé à engueuler bobonne, mais achète un gilet fluo pour me donner bonne conscience s'il te plaît". Nous n'attendons pas ces braves messieurs du CNSR pour penser à notre sécurité, et les rares qui attendent vont encore pouvoir attendre longtemps. Je doute qu'un motard incapable de porter un blouson sous peine de transpirer soit sensible au  port d'un gilet jaune qui le ferait passer pour un agent de la DDE. L'argument de la visibilité reste une vaste fumisterie. Bientôt les automobilistes auront une nouvelle excuse toute trouvée: "Mais il n'avait pas son gilet jaune! ", au détriment de la véritable vigilance.














A moins que...

Variante 2: le "Gilet-Maxiphare"
Etre vu, est-ce sérieux? Un appendice de ce genre, en plus des phares déjà obligatoires, n'a aucune raison d'être. L'idée la plus pertinente ce serait donc le porter en cas de "problème" survenant sur notre cher réseau routier, comme les automobilistes ? - Soupir - Je reste dubitative en essayant de visualiser des cas concrets. 

* Lorsqu'il s'agit d'être impliqué dans un accident, vous êtes (quasi) systématiquement séparé de votre moto, et les chances de la rejoindre, retirer la clé du neiman, ouvrir le coffre pour retrouver et récupérer ledit gilet sont des plus minces. Cela implique que vous n'êtes heureusement que très peu blessé et que vous pouvez rejoindre votre véhicule en toute sécurité. Chers caisseux: le motard n'a pas de ceinture de sécurité ni de coffre de 300 litres ! 

* Plus chanceux, vous êtes simplement en panne. Avant d'acheter un gilet jaune, je ne saurais que vous conseiller d'acheter une Suzuki, cela sera plus prudent de ce point vue! Mais si vous êtes le propriétaire d'une bête à chagrin qui n'est pas sûre de vous ramener à bon port à chaque escapade, vous pourrez désormais bricoler en tee-shirt dans un virage aveugle AVEC votre précieux gilet protecteur

* Dernier cas de figure, c'est vous-même qui arrivez sur un accident, et dans un élan de civisme vous vous arrêtez pour aider au balisage de la zone et au contact des secours. Voilà la seule configuration qui prête réellement matière à réflexion, mais alors pourquoi ne pas également imposer le triangle aux possesseurs de deux-roues ? Trêves de plaisanteries, j'en ai des crampes.

Cluedo, mon ami

Bref, la question pertinente à se poser est la suivante : à qui profite le crime? Mon "coffre" n'est absolument pas apte à recevoir un quelconque supplément tel qu'un gilet jaune bon à rien. Je gère cet espace restreint en priorité pour y loger: un antivol, une carte Michelin, et un kit de réparation tubeless
'Faut l'caser l'boulet !
Enfin, restons cohérents: si on impose des signaux visuels, les signaux auditifs ne devraient pas être écartés. Par exemple, à quand un seuil minimal de dB(A) pour être entendus ? 

***