5 oct. 2013

Une envie de changement...

Topo

Après un peu plus de 5 ans au guidon, entre autre, de ma fidèle GSXR, j'en suis arrivée à me poser la question fatidique que tout motards se pose régulièrement: et si je changeais de monture? Avec du couple et des chevaux à tous les étages, il est difficile de faire la fine bouche, même s'il y a quelques à-côtés perfectibles. Il fallait donc essayer de s'auto-justifier un changement de moto pas forcément nécessaire. Plusieurs possibilités étaient alors envisageables: choisir une nouvelle sportive moderne bourrée d'électronique pour poursuivre dans cet axe, ou changer radicalement de style en partant sur un roadster mou-du-genou mais qui "en jette", et assurable sans vendre un rein. 
Etant encore loin de la retraite, voyant le marché des sportives suffoquer, la réponse était dans la question: persister en sportive avant que cela n'existe plus en vente libre! Juste logique, la mienne du moins.

Comment ?

Ne pouvant braquer une banque, il restait donc à entreprendre de savants, mais néanmoins rapides, calculs pour estimer ce qu'il faudrait investir afin de franchir cette étape, que ce soit pour une occasion de moins de 24 mois peu kilométrée ou neuve, car vu les efforts commerciaux consentis par les revendeurs, la question était légitime. Il restait donc un pas à faire, et non des moindres: la revente. On peut dire sans exagérer que le ratio offre/demande est déprimant; même en restant dans des prix cohérents (voire moins), les rares contacts n'ayant rien de sérieux: ce n'est clairement plus ce type de motos qui intéresse une majorité de motards. Dans mon cas, le but n'est pas d'épiloguer sur les causes, mais plutôt sur les conséquences. Après une  nouvelle estimation de la différence entre ma revente et la nouvelle machine convoitée qui aurait été entièrement d'origine, je me suis logiquement posée la question de poursuivre l'amélioration de la GSXR. Les constructeurs ne sortent plus une moto 100% nouvelle tous les 2 ans, seule l'électronique s'est démocratisée. Alors x milliers d'euros sont-ils justifiés pour avoir une machine "juste" plus récente mais aux caractéristiques proches,  laquelle je serais amenée à équiper également (générant donc un nouveau budget) ? Le rapport prix/plaisir serait-il le meilleur? Clairement: non.

Du coup...

C'est pour cette raison que j'ai décidé de garder la GSXR encore un moment, et de l'équiper avec du matériel un peu plus haut de gamme qui apportera des changements significatifs, ou tout simplement des coups de coeur. Tout cela en plus d'un entretien courant aux petits oignons, pour ne pas sacrifier "la base" et en faire une moto d'exposition.
Upgrades à suivre dans un futur nouveau dossier!

***