10 janv. 2014

10 janvier 2014, le deuil

Ce vendredi 10 janvier 2014 aurait pu être un joyeux début d'année, il n'en est rien. Au lieu de vous présenter mes meilleurs voeux, je vous présente mes condoléances, mes sincères condoléances pour la disparition de l'intelligence et de la réflexion. Nous allons assister aujourd'hui, une fois  de plus mais à plus grande échelle, au résultat d'une manipulation de chiffres par des gratte-papiers en mal d'électorat. Oui, j'ai le regret d'annoncer à ceux qui ne le savaient pas encore, que la vitesse maximale autorisée sur le périphérique parisien passe aujourd'hui de 80 km/h à 70 km/h (en attendant "pire" dans les années à venir? Ou une mesure généralisée à d'autres centres urbains?). 

Le but avéré est une manne financière générée par les contraventions des "nouveaux excès de vitesse"; aucun autre argument n'est recevable ni cohérent. Inutile d'insister sur les comportements stupides et dangereux que cela va encore occasionner, la durée limitée de la sur-verbalisation, le nombre de véhicules diesel toujours prépondérant, ou encore l'anti-fluidité du trafic déjà saturé. Car n'oublions pas que le trafic n'est qu'un débit, un débit étant le résultat du produit entre une vitesse et une section (ici le nombre de voies).

Un jour viendra où nous resterons tous piétons, y'aura t-il un permis pour cela? Aurons-nous encore le droit de courir? A quand un permis de respirer et un débitmètre pour voir si notre consommation en oxygène n'est pas jugée trop importante? Certes je grossis le trait, mais en réfléchissant aux couleuvres que l'on veut nous faire avaler pour cette pseudo-mesure, il n'y a pas tant d'écart entre ces absurdités. 

Bienvenue dans un monde meilleur où il est conseillé de rester en colère.

***