5 juin 2016

Le risque zéro

En ce post-GP de Cataluña, nous - observateurs passionnés - sommes nombreux à avoir le cœur serré suite à la disparition de Luis Salom lors des essais du vendredi 3 juin.

via. eurosport.com

C'est assez ironique comme certaines personnes qui ne me parlent jamais de moto ont pris contact avec moi pour m'annoncer cette nouvelle, pour évidemment enchaîner avec une couche démago sur les dangers de la moto. Souvent les mêmes qui prennent les pilotes du Tourist Trophy pour des cinglés suicidaires, entre autre. Ce n'est pas parce que vous n'êtes pas capable de le faire que cela est fou ou impossible, c'est simplement au-delà de vos capacités. D'une manière générale, que ce soit dans le domaine professionnel, sportif, ou même personnel; la société est à la recherche du risque zéro, c'est "tendance". Non pas qu' "on" soit foncièrement inquiet pour votre sécurité et votre santé, mais parce qu'il faut mettre le nom d'un responsable en face de chaque fait, plus ou moins grave, pour transférer les responsabilités et vous infantiliser.


Pour en revenir aux disparitions malheureuses des pilotes que nous admirons à chaque Grand Prix, qu'en est-il ? C'est triste, mais est-ce tragique? Non. Dans ce sport comme dans d'autres, le danger existe et chaque pilote en a conscience. Aucun n'a le couteau sous la gorge au moment de prendre la piste. Kato, Tomisawa, Simoncelli, Salom, étaient jeunes certes. Mais "jeunes" par rapport à quoi ou qui? Par rapport à une espérance de vie d'un gus lambda qui fait x années d'études, x années de travail, et x heures dans un lit médicalisé à faire biper tant bien que mal le moniteur cardiaque pour retarder l'inévitable? Car oui, la mort est l'issue de la vie, et la refuser est un non sens qui revient à y mettre un terme immédiat. 
On ne peut juger une vie sur sa seule durée.


"Si tu restes ici , tu vivras en paix, (...) tes enfants se souviendront de toi. Mais leurs enfants après eux auront oublié ton nom. Si tu te rends à Troie, (...) le monde n’oubliera jamais ton nom".



Mur d'air fence (boudin gonflable) - via forum.n2td.org

Il n'est pas nécessaire d'ajouter des risques, et je suis heureuse de voir les progrès en matière de sécurité tel que les air fence, les airbags, la qualité des casques et des matériaux qui interviennent dans la sécurité des pilotes. Mais il faut accepter cette part de risques dans ce sport (et dans d'autres) qui ne pourra jamais être réduite à néant. Le problème technique peut survenir, l'erreur humaine, de pilotage ou autre, également. Personne ne désire finir ses jours dans un bac à graviers  ou un rail, mais rien ne peut  supprimer totalement les risques, ni remplacer l'intensité de la course. 
Quitte à choisir sa mort, être en piste au sommet de son art est loin d'être la pire, si ce n'est la meilleure.

***