ACTUS

Post Top Ad

Your Ad Spot

15 févr. 2021

Spleen du motard en ZFE

Tic, tac, tic, tac, tic, tac. J'ai beau attendre, retarder l'échéance, me convaincre que ce n'est qu'un mauvais rêve, rien n'y fait. A chaque fois que je me renseigne sur le sujet, le sourire s'efface, la nostalgie et l'amertume me submergent. Cette fois j'ai franchi le pas, j'ai acheté le dernier Moto Magazine, numéro 373 de février 2021, lequel consacre plusieurs pages aux Z.F.E.

Zut, flûte, euh... ? Non, malheureusement ce n'est pas cet abrégé, mais celui des "zones à faibles émissions". Emissions de quoi ? Emissions de CO2 rejetés dans l'atmosphère, et aujourd'hui responsables de dégâts environnementaux. Ce qu'il faut comprendre, en un mot comme en cent: ter-mi-né. Game over - continue 0, prend ta pelle, creuse ton trou et saute dedans. Si tu as assez de force, fais un trou assez grand pour y mettre ta moto. Car si notre deux roues motorisé fétiche était déjà devenu une arme et toi le coupable de tentatives homicides volontaires, il est à présent promu au rang d'arme de destruction massive. A ce titre, ne soyez pas étonné d'être lynché du regard au feu rouge ou au stop.
Extrait de couverture du Moto Magazine de Février 2021

Ce programme de diabolisation quotidienne, quand de vraies mesures anti-pollution ne sont pas prises, est bel et bien en train de se mettre en place pour le quidam. A travers l'application des textes Euro (aujourd'hui "5" à moto et "6" pour les autres véhicules), lois européennes applicables à tous les véhicules roulants, c'est votre liberté, votre libre arbitre, votre sens des responsabilités qui s'envolent. Dès aujourd'hui, dans 511 communes, vous êtes soumis à un régime de circulation particulier, en fonction de la vignette Crit'Air (payante bien sûr, via le portail du gouvernement).
Topo des vi-pas-nettes...
Classement issu de l'arrêté du 21 juin 2016 disponible ici.

Dès 2023, si vous ne disposez pas d'une moto de catégorie 1 ou 2, fin du game. Au 1er janvier 2025, toutes les villes de plus de 150 000 habitants seront concernées, près de 30% du parc roulant est condamné : interdit purement et simplement de ces ZFE. 2025, c'est déjà demain, surtout si vous avez un projet professionnel, immobilier, d'investissement dans un modèle ou marque de moto, ou les 3 à la fois.
Si toutes les modalités ne sont pas encore connues :
- les jours concernés : semaine et/ou week-end ?,
- les horaires : journée et/ou nuit ?,
- la verbalisation : vidéo ?,
- les éventuelles dérogations : motos de collection ?;
Les premiers plans se veulent faussement rassurants pour ne pas alarmer les foules. Mais on peut présager du pire, c'est une révolution dans nos modes de déplacement, dans la pratique de la moto et son périmètre d'action.

On peut s'attrister de l'abandon de certains modèles en exportation sur notre territoire, voire de gamme entière, suite à l'euro 5 trop contraignant (ex: les modèles Harley Davidson intégrant l'emblématique bloc moteur de 1200cc). Mais on peut aussi hurler de voir une pratique de la moto encore plus élitiste qu'auparavant. Une nouvelle fois, la sanction est avant tout financière: pour avoir le droit de circuler, il vous faudra une moto neuve ou presque, exempte de toutes modifications, à un tarif que peu de motards auront les moyens de payer, ou au prix de quels sacrifices ?

En usage essentiellement citadin, il n'est plus à prouver que l'usage de 2 roues désengorge la circulation. Les déplacements sont plus courts en temps, la fluidité des autres usagers facilitée et c'est une réelle bonne alternative aux transports en commun en termes de conditions sanitaires dans le contexte COVID-19.
Mais on ne peut réduire l'usage de la moto à sa seule fonction utilitaire en milieu urbain, loin de là. C'est plus un moyen de transport de l'esprit que du corps. Le bien-être et le bonheur procuré par une simple sortie n'est pas usurpé et a fait l'objet de nombreux articles en la matière, dont le dernier en date ici par Liberty Rider : Les bienfaits de la moto sur la santé.
Immensité et bien-être, simple.

A présent encadrée, et à terme condamnée, chaque nouvelle restriction va cultiver la frustration, voire la culpabilité, ou les deux. Si de grandes marques de véhicules se séparent de la moitié de leur effectif d'ingénieurs motoristes, c'est que les dés sont jetés en Europe. Rouler à moto fait-il de nous des gens irresponsables et irrespectueux de la nature ? Non, pas plus que les autres. Nous nous interrogeons sur notre pratique, mais en prenant le recul nécessaire. Aujourd'hui surinés par le lobby de l'énergie électrique, on nous la présente comme seule option. Mais quid de la source de fourniture de l'électricité quand dans le même temps on hurle contre le nucléaire et qu'on s'insurge contre les éoliennes ? Quid des procédés de fabrications et des matériaux, faisant intervenir des terres rares mettant en jeu les ressources de demain de notre planète ? L'équation est plus complexe que celle qu'on veut bien nous présenter, avec une vision partielle et orientée vers des options possibles déjà choisies mais faussement analysées.

"Le Mans", deux mots qui résonnent à travers le monde, plus qu'un circuit, un mythe.

Alors au lieu d'aller au fond de choses, on vulgarise à outrance ce qui est censé être bien ou mal. En France, malgré la richesse de ses palmarès en sports mécaniques, de ses nombreuses marques de véhicules, de ses circuits internationaux, la conduite et le sport mécanique est devenu un sujet tabou. Complètement conditionné, le lambda bien pensant à la recherche d'une conscience verte vous juge coupable et responsable de tous les maux, alors qu'il vient de se fendre d'une trottinette électrique importée hors union européenne pour rouler sur les trottoirs. De cette manière, affichée et non dissimulée, il vous jette en pâture aux justiciers vengeurs se sentant investis d'une mission. Il est devenu impossible d'exprimer ses sensations de conduite, sans que vous soyez dévisagé, au mieux simplement incompris et au pire passer à la lame de la guillotine dans les yeux de vos interlocuteurs. Même la pratique sur terrain privé, légale, payante, hyper contraignante et cadrée est devenue très controversée, polémique et hypocrite.

Le problème environnemental est réel, mais la manière de nous le présenter en stigmatisant des pratiques ou des individus, de manière inégale à d'autres activités, est une fumisterie. Il est plus facile de bourrer les crânes de manière insidieuse aux coupures publicitaires du film de 21h. L'appel à la raison est sans doute vain.
J'ai franchement mal à la Moto, pas l'objet, mais la pratique et la liberté, où il est devenu impossible de se projeter. Loisir ou passion, caprice ou nécessité, vous en penserez ce que vous voudrez et comprendra qui voudra. Mais j'ai comme une envie d'ailleurs et de loin, et de faire un procès à mes parents pour être née trop tard...

***

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Post Top Ad

Your Ad Spot

Mes motos modifiées