8 nov. 2012

Prise de sang... mécanique

A la manière des prises de sang que l'on subit pour faire un bilan de santé, il est possible d'en faire autant pour votre moto, ou plus exactement pour son moteur.

Procédé

Il ne s'agit pas de planter une aiguille dans le bras oscillant de votre monture, mais juste de collecter un échantillon d'huile. Vous envoyez ensuite le flacon dûment rempli à un laboratoire qui vous fournira un rapport complet après analyse physico-chimique.

Kit de prélèvement : Flacon - Étiquette - Enveloppe étanche

En communiquant la référence de l'huile utilisée, par comparaison avec la base de données, le laboratoire pourra contrôlée si elle a conservée toutes ses propriétés ou pas. D'autre part, la présence et les concentrations de certains métaux pourront vous alerter sur l'état de santé de votre moteur et l'usure de certaines pièces. 

 

Résultats

Une analyse vous donne un état à l'instant t; mais excepté une grosse avarie, les analyses les plus pertinentes sont celles que l'on compare : avant, pendant et après une saison sur piste par exemple (analyses réalisées suivant un même protocole bien sûr). Ci-dessous un exemple de rapport d'analyse effectué sur une boîte à roues :

Exemple de rapport d'analyse - source IESPM

Les laboratoires n'acceptent pas toujours les demandes des particuliers, mais il est possible de passer par un moto-club, un concessionnaire, ou un team privé qui utilise déjà cet outil; pour grouper l'envoi d'échantillons et de facturation. Par ailleurs, la société IESPM propose ce service aux particuliers pour la somme 62.30 euros (détails de la marche à suivre sur leur site).

Moralité : Afin de ne pas réduire la durée de vie de votre bourrin, ne faîtes pas d'économies de bout de chandelles sur la filtration (air et huile), ni sur la qualité de l'huile. Vous achèterez plus tard votre garde-boue en carbone, cela ne vous empêche pas de rouler, un moteur par contre... ;)

***