14 févr. 2013

30 en agglo'

Dommage(s)

Hop là, encore une nouvelle idée brillante qui vient de sortir : passer la vitesse maximum autorisée à 30 km/h en agglomération. C'est tellement absurde que j'en rigolerais presque, imaginant le jour où un futé aura la révélation d'imposer 0 km/h ! Au lieu de réfléchir, on choisit des mesures stupides, en plus d'être inefficaces.
Prenons un scénario trash, imaginons un instant le crâne du bambin qui heurte le pare-choc d'une voiture à 30 km/h au lieu de 50 km/h : il aura l'immense chance de n'être "que" handicapé au lieu d'être tué ? Quelle réjouissance ! Pardon, j'oubliais que le chiffre de cet accident n'ira plus dans la même case, le nombre de tués sur la route n'augmentera pas, belle réussite en effet.
Les arguments bobo-écolos quant à eux font sourire... Une voiture circulant moins vite et en sous-régime ne pollue pas moins, tout comme une voiture circulant moins vite mais sur un rapport inférieur fait plus de bruit, sans parler des nombreux arrêts et démarrages.


A l'usage

Un  panneau quotidien
Bien sûr il y a certaines portions, ruelles, proximité d'écoles, qui sont sujets à risques et où rouler à 50 km/h est déjà difficile, même dangereux. La vitesse n'est pas un chiffre à imposer pour autant, il est relatif en fonction des circonstances. En quoi est-il nécessaire de passer à 30 km/h devant une école la nuit, ou durant les mois de juillet et d'août ? A contrario, les panneaux d'entrée en agglomération sont parfois à endroits improbables, un morceau de 2 fois 2 voies, une ligne droite sans intersections, des voies de contournement avec muret; où le 50 km/h est déjà intenable et absurde, il faudrait donc à l'avenir y passer à 30 km/h maximum ? Mais quand vais-je me réveiller...
De plus, les panneaux indiquent un chiffre maximum à ne pas dépasser, mais on oublie aussi trop souvent qu'il y a une limite inférieure à respecter. Plus exactement, il s’agit de ne pas « gêner la marche normale des autres véhicules en circulant sans raison valable à une vitesse anormalement réduite », ainsi sur les autoroutes, on ne doit pas rouler en-deçà de 80 km/h sur la voie de gauche. Pour beaucoup, le fait rouler lentement, voire extrêmement lentement, est leur totem d'immunité (excusez la référence, il faut bien réussir à se mettre au niveau). Il faut voir les comportements que cela génère, ces conducteurs sont tous sauf concentrés et vigilents : encas, lecture, téléphone, musique, dispute, projet de vacances, etc... Le nouveau précepte ressemble à : "Je roule lentement = je ne suis pas en danger", mais où avez-vous été péché cette ineptie ?
On observe sensiblement le même phénomène avec les autocollants "bébé à bord", ou encore le gilet jaune de certains cyclistes ou piétons; il faut arrêter de croire que c'est un passe-droit, c'est plutôt un passe-neurone !

Un trajet

Si je devais vous décrire mon trajet maison-boulot, je pourrais vous le présenter de la sorte : 15 kms d'urbain et péri-urbain, ne comprenant pas de feu tricolore, mais 7 dos d'ânes et 10 rond-points. Je ne traverse pas moins de 6 zones à 30 km/h, à mon sens justifiées à hauteur de 50%. Dernièrement une portion est passée de 70 km/h à 50 km/h sans raison apparente ni aucune modification. On préfère laisser se dégrader le bitume et voir se décoller les plaques d'égoût, et ainsi réduire la vitesse avec ses ralentisseurs naturels dangereux plutôt que de maintenir en bon état le réseau routier. Il n'y a guère de remarques à faire sur ce trajet à moto si ce n'est le slalom imposé par les trous et ralentisseurs, cependant je le fais régulièrement et plus rapidement à vélo qu'en voiture ! Et sachez que le danger est encore plus grand à vélo qu'à moto, pourtant on roule moins vite, étrange non ? La vérité est sans doute ailleurs.
Ce qui me plairait, que je trouverais logique et adapté, serait d'avoir des panneaux de limitations de vitesse variable, en fonction de la période, des conditions climatiques, de la densité du trafic, etc. Mais aussi qu'on ait des bitumes entretenus et performants, ils existent, nous sommes capables de faire des revêtements drainants proposant un très bon grip. Mais tout cela coûte cher, trop cher, et ne rapporte pas assez visiblement. 
Bref, si cette mesure devait être adoptée, il faut retenir que rouler à 30 km/h sera ô combien difficile et injustifié dans la grande majorité des cas, entravant encore un peu plus la fluidité du trafic par des comportements "endormis", dangereux, générant frustration et dangers, eux bien réels.


***