19 mars 2013

Les 2 roues en France : Nos statistiques

En fin de semaine dernière, un contact Google+ a partagé le rapport du Ministère de l'Ecologie, du Développement Durable et de l'Energie intitulé "Les 2 Roues Motorisés au 1er janvier 2012" (issu d'un sondage effectué sur 30 000 motards via leur carte grise). Un peu rébarbatif au premier abord, sa lecture m'aura occupée en cette météo capricieuse. Certes il s'agit essentiellement d'une avalanche de chiffres, mais pour une fois : point d'interprétation farfelue et un bilan presque exhaustif en matière de 2 roues motorisés sur le territoire français.
Nos points de vue sont par définition personnels et parfois très éloignés de la réalité, chose qui saute aux yeux lorsqu'on décide de poser des chiffres en face. Je vous avoue que certains résultats m'ont tantôt : fait plaisir ou confortée, mais aussi surprise. Sans vous citer et décrire l'intégralité de ce rapport, j'ai choisi de ciblé quelques chiffres.
Extrait et introduction dudit rapport

Densité PACA

Extrait du rapport


Ce n'est pas le plus surprenant du dossier, la région PACA est la deuxième région derrière l' Île-de-France en matière de quantité de 2 RM. Cependant, quand on ramène ce nombre à la population en âge de conduire, la plus grande densité est en PACA, et de loin. La région est plutôt du genre "vieillissante", l'héliotropisme est omniprésent, et elle affiche un taux de natalité inférieur à la moyenne nationale, de 12 naissances pour 1000 habitants contre 15.3 en Île en France (chiffres INSEE de 2011).

La densité du trafic est telle que les mauvaises statistiques ont encore de beaux jours devant elles, le département des Bouches-du-Rhône s'étant déjà doté de 2 radars automatiques mobiles furtifs depuis le 15 mars 2013.












Proportion : "125 & moins" VS "Gros cubes"


On sait, ou du moins on pense savoir, qu'il y a beaucoup de cyclomoteurs et de 125cc en circulation. On en croise souvent sur la route, elles sont très présentes chez les concessionnaires, et elles restent plus accessibles (achat, formation), la cylindrée fait moins peur, et pourtant c'est réellement loin d'être moins dangereux.
En réalité, c'est "pire" que ça. Au 1er janvier 2012, plus de 54% du parc des 2RM en circulation fait moins de 125cc (dont 26% de cyclomoteurs). Et ce sont bien deux populations et deux types d'utilisateurs distincts, l'un ayant validé une vraie formation à la conduite d'un 2 roues (excusez moi de faire exception des permis AL dans cette masse), pourtant régulièrement soumis aux mêmes règles, aux mêmes contraintes, mais surtout comptabilisés & "jugés" de la même manière.





Histoire de style

Dans ce type de document, je ne m'attendais pas à trouver des chiffres en fonction du genre du 2RM. D'ailleurs, les définitions données en fin de rapport sont vraiment en phases et aident à la compréhension générale des données. La sportive, vilain petit canard de notre époque, n'est pourtant pas la moins représentée des gros cubes. A hauteur de 9,1% dans le parc, c'est plus conséquent que les customs ou les scooters, respectivement à hauteur de 7,0% et 7,4%. On pourrait dire que l'honneur est sauf si le parc de scooters cessait d'augmenter (observation faîte à partir des ventes de 2RM neufs), ce sont surtout les roadsters qui se prennent la plus belle part du gâteau avec 27,4%.


Kilométrage annuel


Belle déconvenue lorsque j'ai découvert les chiffres... Ayant pour habitude de penser à une moyenne annuelle de 6000 kms, voire 8000 kms pour certaines gammes de machine, j'ai écarquillé grand les yeux quand j'ai lu ce chiffre : 3031, dont 43% sont réalisés en ville. Bien que concernant l'ensemble des 2RM, si on regarde un peu plus dans le détail, les petites cylindrées ne sont pas les seules responsables de ce chiffre. Les motos de 125cc à 750cc rouleraient en moyenne 3087 kms/an et les plus de 750cc: 4459 kms/an

La répression, le prix de l'essence, ou simplement d'autres priorités quand la moto reste un loisir, peuvent expliquer ce chiffre. Au fond, peu importe de rouler "peu" ou "beaucoup", cela dépend de l'usage qu'on fait de sa moto, l'essentiel étant d'y trouver du plaisir. Cependant je trouve regrettable que ces chiffres puissent entrés dans les moeurs, laissant penser qu'une moto ayant 20 000 kilomètres au compteur et 5 ans soit obsolète ou proche de la casse.
Aparté PACA : Malgré les conditions météorologiques plus favorables qu'ailleurs, cela ne se traduit par une moyenne kilométrique inversement proportionnelle au taux de pluviométrie, avec une moyenne locale à peine supérieure à la moyenne nationale, c'est-à-dire 3399 kms/an (contre 4159 kms/an en Île-de-France à titre de comparaison).


Consommation

J'étais un peu dubitative à la lecture de ce paragraphe, où on atteint et dépasse les limites de ce type de statistiques. La consommation moyenne de tous les 2RM en circulation au 1er janvier 2012 est de 5.8L / 100kms (6,2L / 100kms pour les 125cc-750cc et 6,8L/100kms pour les +750cc). J'aurais envie de dire : "Oui, et alors ?" Les 2-temps, dépourvus de pompe à huile ou pas, accusent une consommation d'huile à prendre en compte également. De plus, ils sont désignés comme "en principe" plus polluants et donc montrés facilement du doigts. Si autant de développement avait été fait sur cette motorisation, on en serait peut-être à un autre stade, le ratio poids/puissance restant souvent inégalé.
De plus, comme le signale le rapport, 43% du parc des 2RM a moins de 5 ans. Or depuis 2007, l'utilisation de l'injection est plus que démocratisée et a permis de "lisser" les consommations. Cela n'empêche pas de pouvoir observer de très grosses différences en fonction :
- du conducteur (poids et style de conduite),
- de l'entretien de la moto,
- des pneus (marques, type, état, pression),
- de la qualité du carburant,
Etc.
La consommation peut tout simplement varier du simple au double encore très facilement, il me semble hasardeux de ne pas pousser plus loin ce paragraphe, pourtant primordial en terme de développement durable.


Assurances et équipements

Shoei, Dainese, Alpinestars
A l'heure où il serait question de rendre obligatoire le port des gants au même titre que le port du casque, les chiffres annoncés dans ce paragraphe mettent en évidence que la population ciblée par cette mesure n'est pas celle des motards. Plus de 85% des conducteurs de motos de plus de 125cc sont équipés d'un casque intégral, de gants et d'un blouson moto adapté. 
Un peu à l'image des données relatives à la consommation moyenne, il aurait été intéressant de creuser ces chiffres en fonction du type de motos. Les équipements sont souvent dictés par la mode et le style, nombre de marques et magasins surfent sur cette vague. Là où on verra un fan de Rossi déguisé de la tête au pied aux couleurs de son idole avec un équipement haut de gamme sur sa sportive, il restera exceptionnel de croiser un custom avec un casque intégral, tout comme un scooter avec des bottes. Pourtant le risque est strictement le même.

Par ailleurs, la tendance est significativement identique en terme d'assurance, les gros cubes possèdent une meilleure couverture que les 125 et les cyclomoteurs. La répartition sur les différentes compagnie aurait pu être instructive également, en fonction des types de machines, pour connaître la proportion de motards faisant d'avantage appel à une assurance spécialisée moto.


Et après ?

En dehors d'être une simple information, ces chiffres dressent un état des lieux qui n'est pas inintéressant. Je vous invite vivement à le consulter dans son intégralité, il est y également question de la répartition des kilomètres en fonction des réseaux, zonage urbain, âge de la machine, etc. Ce n'est pas ça qui va révolutionner votre manière de rouler, mais cela peut aider à anticiper et comprendre certaines mesures qui nous paraissent parfois tombées de nulle part. Sans parler d'être actif dans ce système possédant une certaine inertie, nous en sommes néanmoins les acteurs principaux. Vu la qualité de ce dossier, je regrette de ne pas avoir un document similaire en matière d’accidentologie, afin d'avoir une vision plus globale et moins stéréotypée que celle que les JT veulent bien nous asséner en période de vacances ou long week-end dit "meurtier".


***