5 juin 2017

Women's Cup 2017 - Etape 3 : MAGNY COURS

L'épreuve de Magny Cours soldait l'édition 2017 de la Women's Cup, à peine début juin, après 3 courses. Ce week-end nous étions donc les invités des 12H de Magny Cours, notre course se déroulant en ouverture le samedi après-midi à 14h30.


Avec Caroline et Rachel



Jeudi = essais libres and co


Comme à chaque week-end de compétition, le début des réjouissances était marqué par les séances d'essais libres. Ayant réalisé une journée de roulage le week-end précédant, la météo incertaine ne m'a pas convaincu de faire toutes les séances possibles. Je reprenais donc mes marques du dimanche en essayant de continuer sur la même dynamique. La piste offrait de bonnes conditions de roulage, et je décidais de rouler en pneus usés pour palper la glisse du bout des Pirelli, toujours prévenants dans ces circonstances.
Cette première journée était également destinée à répondre aux contrôles administratifs et techniques, ainsi qu'au briefing sécurité. Habituée à passer assez rapidement au contrôle technique, j'ai eu le droit cette fois de repasser pour une "contre-visite". En effet, mon feu arrière avait décidé de ne plus fonctionner. Après un check up du faisceau fait avec l'aide d'André, nous trouvions les cosses incriminées pour résoudre ce furtif soucis.



Le vendredi en mode qualif' 



Avec la première séance de qualifications, c'est souvent le début des choses sérieuses. Le paddock s'était rempli et tout le monde était prêt à en découdre - sportivement - en piste. La séance du matin aura été dans la continuité de la veille au niveau des chronos, et également techniquement. Après la petite contrariété du feu arrière, c'est à présent le frein avant qui réclamait une purge. Je rentrais avec un levier particulièrement mou, qui m'avait incité à la prudence au freinage d'Adélaïde . 
Avec l'aide de Cédric le mécano hors pair de GM Compétition, j'étais parée pour remettre du gaz à la deuxième séance de l'après-midi. Le feeling n'était pas mauvais, je m'amusais vraiment en piste, mais le chrono ne payait pas. La moiteur de la nièvre ne m'aura pas réussi, malgré un frein avant revenu à la normale, j'améliorerais péniblement pour arracher une 29ème position sur les 40 engagées. Assoiffée par la chaleur écrasante en rentrant au box, la déception aurait pu pointer le bout de son nez, mais il n'en était pas question car le meilleur restait à venir: la course.














Samedi: "Ready to Race"




Jusqu'à présent épargnés par la pluie, le vendredi aura été synonyme de consultation régulière de la météo pour voir ce que nous réservait le ciel à l'heure de la course le samedi. Comme souvent à Magny Cours, nous sommes passés de la canicule aux torrents d'eau. La pluie démarra aux alentours de 9h30 pour ne plus s'arrêter. Pendant la courses des Promo 600, nous changions les pneus et révisions les endroits les plus critiques dans ces conditions, autrement dit... presque partout. La procédure de course déclarée "wet" imposait 2 tours de chauffe et 9 tours de course (contrairement à 1 et 12 en circonstances estivales).
Ma position obtenue en qualifications me plaçait au milieu de la 10ème ligne, je n'avais donc pas beaucoup d'options: faire un bon départ, gagner des positions le plus possible, et surtout finir sur mes roues compte tenu des conditions délicates.
Romain, pilote reconverti gridboy

A l'extinction des feux rouges, la tension était à son maximum, une chute avait déjà eu lieu dans un des tours de chauffe, et le passage dans la première cassure se fit sur des oeufs. Mais les commissaires de piste avaient déjà du travail, à peine le premier tour bouclé, un drapeau rouge était sorti. Course interrompue le temps de secourir la pilote, nous repartions pour 6 tours après une nouvelle procédure de départ. Ce nouveau départ était dans le même ton que le premier, je parvenais à gagner quelques positions mais restait prudente dans les paquets lors des premiers virages. Dans ces conditions, le niveau de concentration requis rendait les tours particulièrement longs. La pluie n'était pas constante, la piste commençant même à sécher par endroit, tout en restant détrempée ailleurs, le tout avec une visibilité parfois aléatoire. Le plus délicat restait de trouver assez de grip pour accélérer sans finir dans le bac à graviers comme cela a été le cas pour de nombreuses concurrentes, dont 2 de mes amies - Lisa et Caro - avec qui je partageais le barnum-hospitality-atelier. Après une bonne bagarre avec Anaïs qui rappelait celle du Mans, nous passions le drapeau à damiers avec un immense sourire sous le casque, profitant du tour de décélération pour nous congratuler et saluer les nombreux commissaires de piste qui ont été vivement sollicités.

Je passais la ligne en 20ème position, et 13ème en 600cc, marquant ainsi 3 points supplémentaires au classement ffm.


Le bilan: une merveilleuse aventure


Brochette de compétition, les monture de Paty, Rachel, Caro, Bryan, Lisa, Marie et Kévin

Pour sa 2ème édition, la Women's Cup portée à bout de bras par Karine Sliz et Emma Clair a tenu toutes ses promesses. En plus d'être un challenge sportif, c'est également une merveilleuse expérience humaine. Arrivée seule au Mans avec mon barnum 3x3, une table et une chaise; je faisais paddock commun avec 6 autres motos à Magny Cours. Ce championnat 2017 est certes clos, mais je serai inconditionnellement sur les épreuves des amis et réciproquement... Bryan, Kévin, Lisa, Rachel, Caroline, Paty, Romain.




Seul on va plus vite, ensemble on va plus loin



Je n'oublierai pas que si j'ai pu participer à ce challenge, c'est aussi grâce à mes partenaires qui ont été à mes côtés depuis les premiers entraînements: Acti Courses, Makadam Fitness Clermont-Ferrand, Motoblouz, Emac-Moto, UCAR Location, Carrosserie Borel&Tournaire, Alban Couderc Création, MAGE Offset, merci à eux; ainsi que les nombreux donateurs. Merci encore pour votre soutien, vos nombreux messages et conseils qui ont vraiment comptés à chaque instant. Les personnes sur place ou non, qui avaient le mot pour aider, ou la pensée positive à l'instant t, merci à vous, ne changez rien !


***