13 janv. 2015

Ah, Paris!

Les futures rescapées de @poselegenou et @mecatrip.
Cela faisait un petit moment qu'il n'avait pas été question de mesure absurde. Tout comme l'abaissement de la vitesse maximale autorisée sur le périphérique, c'est encore notre chère capitale qui propose une "innovation" à faire sauter au plafond.


Laquelle ?

Améliorer la qualité de l'air de Paris, cela semble être une noble cause lorsqu'elle est présentée sous cet angle. Mais en se grattant la tête, sans doute un peu trop fort, la Mairie propose tout simplement d'interdire la circulation aux véhicules répondant aux critères suivants:

- les particuliers immatriculés avant le 31/12/96 inclus,
- les camionnettes utilitaires légers immatriculés avant le 30/09/97 inclus,
- les bus et poids-lourds immatriculés avant le 30/09/01 inclus,
- les deux-roues motorisés antérieurs à 2000.

Bien qu'étant plus sensible au dernier point motophobe, ces critères pour le moins arbitraires sont surtout liberticides, prenant en otages les propriétaires de ces véhicules. Ce n'est pas une promesse de taux zéro sur un crédit pour le remplacement du véhicule ou la participation à une carte d'abonnement aux transports en commun qui va compenser la chose; ces pseudo-contreparties sont surtout là pour faire avaler la pilule - et toute la boîte, en se donnant bonne conscience sous couvert d'écologie.

Indicateur de qualité d'air à Clermont-Ferrand - Source La Montagne
La circulation Parisienne est réputée à juste titre pour être une jungle, de part la densité et les comportements, elle ne se relève pas être une partie de plaisir. Les utilisateurs qui y passent des heures quotidiennement y sont bel et bien contraints, si une autre solution s'offrait à eux, ils l'auraient déjà adoptée. Sélectionner par le compte en banque, car la finalité sera essentiellement là, n'est pas une mesure en phase avec l'objectif environnemental annoncé.

Passera, passera pas? Bien que concernant la région parisienne, puisque la zone concernée ne serait pas que le centre ville, ce genre de mesure pourrait faire boule de neige dans d'autres métropoles. Inutile d'insister sur la nécessité de rester vigilant à cette nouvelle discrimination aberrante des usagers de la route.

***