ACTUS

Post Top Ad

Your Ad Spot

8° En piste : Kit Poly

Dans un article (ici) j'évoquais la pratique du circuit et quelques contraintes qui y sont liées. Dans ma liste, il y avait le fait d'équiper la moto en conséquence, essentiellement pour la protéger. En effet, pour une pratique régulière sur piste, quelques éléments ne sont pas superflus.

Le matériel

Ne souhaitant pas broyer mon carénage d'origine, j'ai choisi d'acheter un jeu de poly; autrement dit un ensemble de carénages en polyester. C'est plus léger, moins cher que le plastique, et ça se répare assez bien.
Comme on le dit parfois : "l'occasion fait le larron". J'ai eu l'opportunité de trouver un kit poly complet endurance, provenant du team Rac 41 quand ils roulaient encore sur Suzuki. Ces polys sont différents en deux points : le trou pour le passage du phare, et le passage de roue pour supporter un éclairage arrière.
Le fait d'acheter d'occasion permet de réduire le budget, mais aussi de gagner du temps sur les découpes et autres fixations. En dehors du poly neuf, il ne faut pas oublier :
- de la mousse pour la selle + scratch ou scotch double face
- de la visserie
- de l'isolant thermique pour le sabot qui passe proche du collecteur
- une grille de protection pour le radiateur d'huile

Le montage

Les perçages des poly , quand ils sont faits, ne tombent pas toujours du premier coup en face des supports d'origine, il faut prévoir un peu de temps à la mise en place correcte des pièces. Mais l'hiver arrivant, les heures nécessaires ne devraient pas manquer pour préparer votre belle pour l'année prochaine. Démontez tous les carénages d'origine et "poser" le poly en l'état, faites des repères au marqueur et avancez petit à petit pour ne pas enlever trop de matière. Une fois en place, le poly ne doit pas forcer sur une attache ou vibrer. Sur un poly bas de gamme il risque d'y avoir plus de travail, et sera peut-être moins résistant (absence de renforts au niveau des fixations, qualité de la fibre, etc).

Vis Dzus
Une grande partie de la visserie est composé de vis Dzus, qui ne nécessitent pas d'outillage une fois installées et se démontent en un simple quart de tour. Le gain de temps lors des phases de démontage et de remontage est vraiment conséquent.


La personnalisation

Enfin, histoire de mettre votre monture à votre goût, il y a aussi un petit travail de peinture à prévoir, ou pour les plus fainéants, du collage de stickers. Sans faire un travail d'orfèvre comme pourrait le faire un carrossier de métier, vous pouvez obtenir un résultat très honorable avec de la peinture en bombe. Le résultat va dépendre de la préparation de la surface (ponçage + aprêt), de l'application de la peinture (X couches fines pulvérisées à bonne distance - vous reporter aux instructions de la bombe) et de l'ambiance (température, hygrométrie et absence de poussières). Les peintures Julien sont de très bonne qualité, vérifiez simplement que la gamme choisie supporte les hydrocarbures, surtout si vous n'avez pas l'intention de passer une couche de vernis.
Concernant les stickers, la société Obosticker fait un très bon travail, personnalisable à souhait, mais attention au délais.

Mon GSXR 1000 k8 - Version Piste


Numérotation

Techniquement ça n’apporte rien, mais ça fait toujours plaisir d'être reconnu et/ou de porter son numéro fétiche. Qui a dit que les motards étaient superstitieux ?
Pour découper vos fonds de plaque et numéros : à vos ciseaux. Après avoir fait les patrons au scotch directement sur les carénages, j'ai repris la forme sur du Vénilia.
Pour la pose, je vous conseille de surtout bien nettoyer & dégraisser la surface, vous armer de patience et d'un sèche-cheveux pour assouplir et pouvoir faire épouser les formes des carénages aux stickers.

Ci-dessous les patrons :


Plaque avant -  Pour une configuration "route"

Plaque arrière - Convient au dosseret d'origine





***

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Post Top Ad

Your Ad Spot

Mes motos modifiées