8 janv. 2018

2018 - To Be Continued ...


Inutile de vous dire à quel point les semaines se sont enchaînées depuis le Moto Tour, à en juger par mon nombre de publications que je souhaitais plus nombreuses. Qu'à cela ne tienne, il est temps que je reprenne la plume au moins pour quelques lignes et pour vous exposer mes projets pour cette année 2018. 

Avant tout, je vais commencer par vous adresser mes meilleurs vœux. Au-delà de toutes les conventions, je les résumerai ainsi: ayez la force de mener à bout vos projets, n'attendez pas la chance, forcez le destin!

Margaux, une vraie inspiration... 


Flash Back


L'année, la saison, 2017 a été particulièrement riche, dense, intense, voire magique... J'ai participé à plus de compétitions que je ne l'imaginais douze mois en arrière: les 3 manches de la Women's Cup, le Moto Tour, et même 4h d'endurance en 25 Power grâce à Seb et Xavier. 

Ce calendrier au-delà de toutes mes espérances a connu des hauts, mais aussi des bas. Je n'en garde que des souvenirs émouvants et des leçons de vie. 


MERCI à vous, qui avez participé à la concrétisation de ces projets, vous tous: famille, amis, collègues, partenaires, équipiers, adversaires.

Crédit photo : La Bécanerie. Avec Lydia et Sonia


Marche avant


En solo au contrôle technique de Ledenon

La Women's Cup est reconduite cette année, avec 4 manches, et le Moto Tour devient le "Moto Tour Series", qui se déroulera un long week-end de mai sur l'île de beauté, autrement dit la Corse. Bel agenda sur le papier !


Pourtant je vous annonce que je ne participerai ni à l'un ni à l'autre.


La première raison est liée au matériel, je ne peux pas avoir une moto de course et une moto de rallye en même temps. Avec cela, il faut garder à l'esprit qu'il faut rouler un minimum avec les deux montures pour ne pas arriver sur les épreuves en mode "fleur au fusil". 


Côté piste, j'ai également pris la décision de ne pas reconduire une saison dans les mêmes conditions qu'en 2017. Quand gérer un rallye en solo avec une assistance prévue par l'organisateur peut être tenable, gérer une saison de course en solo ne l'est pas. Se greffer à un groupe, échanger nos compétences, y rencontrer des gens exceptionnels est une expérience unique, mais pas viable sur le long terme pour une saison complète. Et si on décide de le rendre faisable, c'est s'exposer à des grosses déconvenues en cas d'imprévus, qu'ils soient de notre fait ou pas.




Ma seule et unique compétition se fera donc au sein de la PoirsouilleET pour les 23H60 qui se dérouleront en juillet au Mans (une course de 4h en préparation sera également peut-être au calendrier, à confirmer !). Je me suis éclatée avec eux en octobre dernier, le boulot d'équipe était bon, et l'envie de recommencer dans leur structure est là !

Une équipe de choc en 25 Power



Ennui ?


Ne changez rien les filles...

Bien sûr, je mentirais en disant que l'arsouille avec mes copines de la Women's Cup ne va pas me manquer... Les heures à préparer la moto, la tension des départs, les circuits rapides, la semaine de course en fourgon... 
J'aime toujours les challenges, et cette année j'en aurais, mais ils ne seront pas sur piste. Je vais avoir besoin d'énergie pour concrétiser des projets auxquels je donne la priorité. 

Il y aura du personnel, avec une nouvelle moto et des nouveaux voyages

Il y aura du professionnel, dont la préparation au diplôme IWT (International Welding Technologist) qui nécessitera sur 11 semaines de cours sur Lyon, et au moins autant de préparation personnelle.

Même avec moins de drapeaux à damiers, l'année 2018 s'annonce passionnante, et je manquerai pas partager avec vous les nouvelles liées à notre passion commune.


***